Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 02:34

Condoléances

Mon respect ému et mon admiration éternelle pour les hérauts de la liberté d'expression assassinés, mes larmes pour leur proches et leur collègues.

A bas l'intolérance barbare !

Vive la liberté de la presse !

Longue vie à Charlie-Hebdo, l'esprit frondeur de ma jeunesse perpétué à jamais.

Actualité : ici aussi nous sommes Charlie - 事实: 在这里我们也是查李
Actualité : ici aussi nous sommes Charlie - 事实: 在这里我们也是查李
Repost 0
Published by Jilian
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 15:38

Je viens de terminer la lecture de deux livres, publiés à la fin de l'année 2014 par des français qui connaissent bien la Chine de l’intérieur, respectivement journaliste et traducteur, et que j’ai envie de conseiller à ceux qui s’intéressent à la Chine de près ou de loin (surtout de près) parce que ces livres présentent l’intérêt de sortir des sujets, traités en long et en large ces dernières années, que sont la "métamorphose de la Chine", "le péril jaune", "la Chine atelier du monde", "la puissance économique de la Chine" et j’en passe…

Dans le premier livre « Le Tigre et le Moucheron : sur les traces de chinois indociles », Jordan Pouille, journaliste, décrit des "laobaixing – 老百姓 (personnes issues du petit peuple)" peu ordinaires qu’il est allé rechercher en traversant la Chine en long et en large.

Dans le second livre, Jean Lezurc, anciennement professeur de français et maintenant traducteur pour la télévision chinoise, décrit le parcourt en Chine et les états d'âme d’un "laowai – 老外" (un "laobaixing" d’une espèce particulière), marié à une femme chinoise, père de deux filles métisses, et qui n’est autre que lui-même.

Laobaixing (les gens) : lectures -  老百姓 : 图书

 

Pendant six ans, Jordan Pouille est parti à la rencontre de certains de ces "laobaixing" sacrifiés de l'expansion économique chinoise et qui se comptent maintenant par millions. Ceux qu'il a rencontrés sont récalcitrants aux injustices, aux abus, à l'intolérance du gouvernement chinois. D'une plume alerte, très colorée, humaine et généreuse, Jordan Pouille expose les combats de gens simples, souvent très isolés, qui bravent les interdits, la surveillance policière et les brimades pour faire valoir leurs droits, résister aux incohérences du développement, défendre leurs idées, survivre tout simplement. Comme dans la fable de La Fontaine, ils sont les moucherons qui harcèlent, en piquant son museau et en pénètrant son naseau, le tigre royal.

Dans son livre on fait la connaissance, entre autres, d'un pêcheur de cadavres, d'un ouvrier des usines Apple, d'un employé vivant sous terre à Pékin, d'une femme-prêtre catholique, d'une deuxième fille sans existence légale dans la Chine de l'enfant unique...

Les pérégrinations de Jordan Pouille nous entraînent en Mongolie intérieure, dans le Shandong, à Shenzhen mais aussi dans les souterrains de la ville de Pékin.

 

« Le Tigre et le moucheron : sur les traces de Chinois indociles », de Jordan Pouille, aux éditions Les Arènes. 191 p. 19,80 Eur.

"Graine de métis" de Jean Lezurc, éditions Persée, 2014

"Graine de métis" de Jean Lezurc, éditions Persée, 2014

Un roman ? Une autobiographie ? Un témoignage ? Les trois à la fois. Jean, le narrateur, dans un long récit qu'il adresse à sa fille métisse le jour de ses dix-sept ans, relate son parcours de la France à la Chine, son "écartèlement" entre son héritage français et sa vie chinoise, entre une éducation française qu'il défend et une femme chinoise qu'il adore, la difficulté qu'il rencontre à trouver sa place... une place qu'il ne voudrait plus en France mais n'arrive pas vraiment à se faire en Chine. Par ce récit, il veut se faire comprendre de sa fille, enfant métis qui, ayant hérité de deux cultures très éloignées l'une de l'autre, jongle aisément avec les deux... Métis... C'est ce qu'il est lui aussi, en son for intérieur, comme le sont tous ceux qui ont choisi de vivre dans une culture qui n'est pas la leur. Un métis qui se découvre, mais peut-être pas encore totalement épanoui.

A travers le récit autobiographique de Jean Lezurc, souvent humoristique, quelquefois désabusé, et toujours très direct et sincère, nous suivons également, le long des vingt années écoulées, les péripéties d'une famille franco-chinoise confrontée aux difficultés économiques, aux soubresauts politiques et à un quotidien brutal qui, en Chine, ne ménage guère le "laobaixing".

 

"Graine de métis", de Jean Lezurc, éditions Persée, 2014. 272 p. 20,80 Euros

 

Depuis 2012, Jean Lezurc tient un blog sur l'amour de l'inconnu et sur le métissage qui en est le fruit savoureux.
On y trouve des extraits de ce roman, son premier, mais aussi des poèmes personnels, des traductions de poèmes chinois, diverses réflexions sur l'existence ainsi que quelques articles sur la culture chinoise :  lezurc.canalblog.com

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jilian
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 12:47

Deux poèmes chinois pour accueillir l'hiver

 

 

四时更变化

岁暮一何速

(古诗十九首之十二汉无名氏)

 

La ronde des saisons poursuit ses alternances ;

Que la fin d'une année est vite survenue !

 

(Extrait du douzième poème de "Dix-neuf poèmes anciens" d'auteur inconnnu, dynastie des Han, 206 av. J.-C. - 219 après J.-C.)

                   

 

 

                   宋玉九辩

皇天平分四时兮,窃独悲此廪秋。

白露既下百草兮,奄离披此梧楸。

去白日之昭昭兮,袭长夜之悠悠。

离芳蔼之方壮兮,余萎约而悲愁。

秋既先戒以白露兮,冬又申之以严霜。

 

Le Ciel a fait quatre saisons ;

Mais seul le froid de l'automne m'afflige.

Le givre est descendu sur la nature ;

Bientôt sterculier, catalpa seront nus.

La clarté aveuglante du soleil a fui ;

Et l'on entre dans la longue nuit de l'hiver.

Finie l’exubérance des fleurs et des parfums ;

Je suis triste, car bientôt tout sera flétri.

L'automne nous prévient avec son givre ;

L'hiver ajoutera le froid de ses gelées.

 

Une partie du troisième des "Neuf arguments" de Song Yu (dynastie des Zhou, époque des Royaumes Combattants, IV-IIIe siècles avant J.-C.

 

(in. Anthologie de la poésie chinoise classique, Poésies/Gallimard, sous la direction de Paul Demiéville)

 

 

 

Lac de Houhai (Beijing) - 北京后海

Lac de Houhai (Beijing) - 北京后海

Etat d'âme : bientôt l'hiver - 精神状态 :冬天快来了
Etat d'âme : bientôt l'hiver - 精神状态 :冬天快来了
Repost 0
Published by Jilian - dans Etats d'âme
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 15:59

Photos prises à 15 h, un jour de pollution sévère.

Un batîment du Moma et son reflet dans des bassins - 北京万国城的一个楼

Un batîment du Moma et son reflet dans des bassins - 北京万国城的一个楼

Beijing dans l'air pollué - 北京污染
Beijing dans l'air pollué - 北京污染
Beijing dans l'air pollué - 北京污染
Beijing dans l'air pollué - 北京污染
Beijing dans l'air pollué - 北京污染
Quartier de Sanlitun - 北京 三里屯

Quartier de Sanlitun - 北京 三里屯

Repost 0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 13:19

En touche finale, un hommage rendu au yack (et à quelques autres animaux à poils et à plumes qui ont enchanté mon voyage).

Le yack est, à mes yeux, un héros au Tibet. Il donne tout de lui aux tibétains : sa force pour transporter de lourds fardeaux et tirer leur charrue dans les champs, ses poils et son cuir pour les habiller et les couvrir, son lait, ses testicules et sa chair pour les nourrir, ses bouses pour entretenir leurs feux... et depuis que le Tibet est ouvert aux tourisme, il transporte sur son dos des touristes ébahis ou hilares...

Il mérite de se la couler douce de temps à autre, à moins qu'il ne préfère entrer en méditation...

Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Je vous promets, je ne lui ai pas graissé la patte pour poser

Je vous promets, je ne lui ai pas graissé la patte pour poser

Les moutons se rendent-ils compte qu'ils paissent dans un de plus beaux paysages du monde ?

Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
"Shaun the sheep", le mouton à tête noire, est une célébrité sur la chaîne de télévision de la ligne no.2 du métro de Pékin.

"Shaun the sheep", le mouton à tête noire, est une célébrité sur la chaîne de télévision de la ligne no.2 du métro de Pékin.

Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意

Les chevaux tibétains furent introduits en Chine (comme chevaux de guerre), avec le thé, après le mariage en 641 de la princesse Wencheng, fille de l'empereur chinois Taizong des Tang avec le roi du Tibet Songtsen Gampo.           

Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意

Trop choux ! Trop doux !

Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意

Au bord de la route, des petites biches au poil duveteux pas très farouches. Elles ont marqué un bref moment d'indécision avant de prendre la poudre d'escampette.

Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意

Nous avons dû, sans le savoir, monter les tentes sur un lieu qui intéressait particulièrement ce renard. Son terrier ? Une carcasse de yack pas loin de là ?

Il a pendant très longtemps tourné autour de notre camp sans se décider à s'éloigner. J'espère qu'il aura retrouvé ses marques après notre départ le lendemain matin.

Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意

Les aigles volent solitaires à la recherche de leurs proies.

C'est à eux que les tibétains confient le corps de leurs défunts au cours des "funérailles célestes - le jhator en tibétain". Les rapaces emportent l'enveloppe charnelle de la personne décédée, qui retourne ainsi à la nature, tandis que son âme libérée s'élève jusqu'au ciel pour se réincarner.

 

 

Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Tibet (7 et fin) : hommage au yack - 西藏 (第七章和结束)  :向牦牛表示敬意
Repost 0
Published by Jilian
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 07:36

Se déplacer parmi les paysages tibétains ou simplement les contempler, parfaitement immobile, est comme entrer en méditation. De hautes montagnes, des rochers, des pics, de grands espaces qui vous aspirent... Rien dans le relief n'apparait violent, écrasant, tourmenté... On est naturellement, paisiblement, dedans... On en fait partie...

 

La vallée de la Kyichu, un affluent du Yarlung (le nom tibétain du Brahmapoutre), vue du monastère de Ganden, à 200 kms de Lhassa

 

Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景

Le lac Namtso et la chaîne de montagnes de Nyenchen Tanglha

Le lac Namtso, un lac sacré et lieu de pélerinage, à 240 km au nord-ouest de Lhasa, est un lac d'eau salée se situant à une altitude de 4730 m. Il est entouré de la chaîne de Nyenchen Tanglha culminant à 7000 m.

 

Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景

La vallée du Yarlung (Brahmapoutre), le berceau de la dynastie Yarlung des rois du Tibet.

Le Yarlung a sa source à plus de 5000 m d'altitude, près de du mont Kailash à l'ouest du Tibet. Il traverse le sud-est du Tibet (photos),  le nord-est de l'Inde et rejoint le Gange au Bangladesh.

Avec un cours est-ouest navigable sur plus de 1200 km, c'est l'axe de navigation fluviale le plus haut du monde.

 

Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景

Le lac Yamdrok et, à l'arrière-plan, le Mont Nojin-Kangtsang (7206 m)

Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景

La passe de Kamba-la (4797 m), le glacier du Nojin Kangtsang (7206 m) et le réservoir de la passe de Karo-la (4967 m)

Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景

Trek de Old Tingri (4350 m) au camp de base de l'Everest (5200 m) - aller et retour

Quatre jours d'un spectacle inoubliable commencés par une matinée enneigée. Le soleil s'est levé au début de l'après-midi du premier jour et ne nous a plus jamais quittés.

 

Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Tibet (6) : paysages - 西藏(6): 风景
Repost 0
Published by Jilian - dans Sites
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 14:48

Le pastoralisme, a été, pendant des siècles, le mode de vie traditionnel de la majorité du peuple tibétain, l'agriculture, essentiellement de subsistance, se concentrant sur les plaines alluviales le long des rives des fleuves Mékong et Yarlung (Brahmapoutre) et de leurs principaux affluents, comme la rivière Kyichu qui traverse Lhassa. J'écris " a été", car la culture pastorale au Tibet est en train de disparaitre, le gouvernement chinois ayant, au début des années 1990, mis en place une politique très stricte de sédentarisation des nomades, sous prétexte de protéger les immenses prairies du Tibet, les nomades et leurs troupeaux étant, d'après lui, responsables de la surexploitation des pâtures et de la dégradation qui en résulte. (Le gouvernement chinois se garde bien de faire état de la réduction de la moitié de la forêt tibébaine entre 1950 et 1985, résultat de la collectivisation et de l’exploitation forestière et minière).

Les nomades sont ainsi contraints à abandonner leur mode de vie traditionnel et à s'installer dans des habitations permanentes au sein de villages sans âme construits pour eux au bord des routes. Ce processus est d'ailleurs appliqué dans des régions reculées de Chine, où des habitants sont obligés de quitter leurs villages traditionnels pour s'installer dans des habitations neuves le long des routes. Il est clair que c'est un moyen pour les autorités de contrôler la population.

Dans le cas du Tibet, ce projet de sédentarisation, est un danger pour l’écologie du plateau tibétain et pour l’identité culturelle des personnes qui y vivent depuis des siècles, leur mode de vie ancestral se trouvant en quelques décennies totalement bouleversé.

Les derniers nomades

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Les bouses de yak séchées (sur le tas à droite) servent de combustible

Les bouses de yak séchées (sur le tas à droite) servent de combustible

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Bouses de yaks séchées, mises à l'abri sous une bâche

Bouses de yaks séchées, mises à l'abri sous une bâche

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Troupeau de yaks

Troupeau de yaks

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民

Les agriculteurs

Un village

Un village

Aplanissage d'un champ. Les moyens utilisés par les paysans sont encore très sommaires. Yaks ou cheveaux sont les animaux de trait. Ils sont toujours joliment harnachés.

Aplanissage d'un champ. Les moyens utilisés par les paysans sont encore très sommaires. Yaks ou cheveaux sont les animaux de trait. Ils sont toujours joliment harnachés.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Un moulin à farine d'orge. La farine d'orge sert à fabriquer la tsampa, la base de l'alimentation tibétaine.  Traditionnellement, la farine est délayée avec les doigts dans un bol avec un peu de thé au beurre. Elle peut se manger seule ou accompagnée de légumes et de viande.

Un moulin à farine d'orge. La farine d'orge sert à fabriquer la tsampa, la base de l'alimentation tibétaine. Traditionnellement, la farine est délayée avec les doigts dans un bol avec un peu de thé au beurre. Elle peut se manger seule ou accompagnée de légumes et de viande.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民

Des exemples de nouveaux villages où les nomades ont été contraints de s'installer.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Certaines maisons, vues de l'extérieur, sont belles mais certainement peu confortables. Les bouses de yak servant de combustible sèchent sur les murets extérieurs.

Certaines maisons, vues de l'extérieur, sont belles mais certainement peu confortables. Les bouses de yak servant de combustible sèchent sur les murets extérieurs.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民

Vus en chemin

 

 

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Famille qui rentre chez elle, dans un village de montagne, après avoir fait des courses dans la vallée.

Famille qui rentre chez elle, dans un village de montagne, après avoir fait des courses dans la vallée.

La route est longue. Pause pique-nique

La route est longue. Pause pique-nique

Le tracteur est orné d'un khata (écharpe) porte-bonheur

Le tracteur est orné d'un khata (écharpe) porte-bonheur

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Cet homme est originaire de la région tibétaine du kham, reconnaissable à sa tresse enroulée autour de la tête et maintenue par un bandeau rouge et à sa boucle d'oreille en turquoise.

Cet homme est originaire de la région tibétaine du kham, reconnaissable à sa tresse enroulée autour de la tête et maintenue par un bandeau rouge et à sa boucle d'oreille en turquoise.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Repost 0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 13:33

A 3650 m d'altitude, Lhassa est une des villes les plus élevées du monde. La présence de la montagne tout autour, qui culmine jusqu'à 6 000 m, se fait sentir partout. Mais, en dépit de sa situation en altitude, la ville rencontre, il semblerait, des problèmes de pollution atmosphérique. Le climat est extrêmement ensoleillé. Entre mi-mai et début juin, période où j'y étais, s'il faisait aux alentours de 10 degrés la nuit, le jour la température montait à 30 degrés voire 35 degrés. Les femmes de Lhassa se masquent le visage et pratiquement tout le monde porte des chapeaux pour se protéger du soleil.

600 000 habitants en 2010, avec un pourcentage de population Han (chinoise) qui va en augmentant. Certaines sources non chinoises donnent le chiffre de 60 % de Han, pourcentage que le gouvernement chinois attribue à la population tibétaine. Quoiqu'il en soit la présence chinoise ne fait que s'accentuer... les ruelles étroites et tortueuses bordées de maisons à quelques étages, aux fenêtres décorées et aux toits ornés de drapeaux de prières, de la "ville tibétaine", au centre, contrastent avec les palaces luxueux, les barres d'immeubles sans cachet et les larges avenues de la "ville chinoise" qui s'étend de plus en plus loin à la périphérie et qui ressemble à n'importe quelle ville moyenne des provinces chinoises.

Toutes les enseignes, annonces et panneaux de signalisation sont bilingues, en tibétain et en chinois, les inscriptions en chinois étant quelquefois plus visibles que celles en tibétain.

Le Potala

Le Potala, construit au XIIème siècle par le cinquième Dalaï-Lama, était destiné à assumer des fonctions aussi nombreuses que variées. Tout d'abord, il était la résidence du Dalaï-Lama et de son vaste entourage mais aussi le lieu où se tenaient toutes les grandes cérémonies d'état. Egalement siège du gouvernement tibétain, il servit en outre de forteresse durant les époques tumultueuses de l'histoire du Tibet au XVIIIème siècle. Toutes les décisions politiques et administratives concernant le pays émanèrent de ce palais. De plus, dans la mesure où les Dalaï-Lamas étaient considérés comme des incarnations de Cherensi, le Bodhisattva de Compassion et protecteur du Tibet, le Potala devint une destination majeure pour les pèlerins. Le Potala fut donc le lieu de résidence principal des Dalaï-Lamas successifs, jusqu'à la fuite en Inde du quatorzième Dalaï-Lama après le soulèvement contre l'armée chinoise, en 1959. Aujourd'hui, le palais est devenu un musée géré par la Chine. Pour le visiter, il faut montrer patte blanche : présentation du passeport ou de la pièce d'identité, passage au scanner des sacs et des personnes, bouteilles de liquide interdites...

Le Potala, au fond à droite, vu du Jokhang

Le Potala, au fond à droite, vu du Jokhang

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Ils sont de plus en plus nombreux à faire le trajet Chengdu - Lhassa à vélo. En un mois plus de 2000 kms de côtes avec de nombreux passage de cols dont la majorité culmine à 4000 m et quelques-uns à 5000 m. Certains poussent jusqu'au camp de base de l'Everest.

Ils sont de plus en plus nombreux à faire le trajet Chengdu - Lhassa à vélo. En un mois plus de 2000 kms de côtes avec de nombreux passage de cols dont la majorité culmine à 4000 m et quelques-uns à 5000 m. Certains poussent jusqu'au camp de base de l'Everest.

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
La ville chinoise vue du Potala

La ville chinoise vue du Potala

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨

Dans la ville tibétaine

Il est choquant qu'au Tibet et à Lhassa même, on parle de "ville chinoise" et "ville tibétaine"... laquelle ville chinoise semble maintenant plus étendue que la ville tibétaine.

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Le slogan en chinois sur le mur :  "Le bien-être de la population est important, la sécurité alimentaire est donc d'une importance majeure".".

Le slogan en chinois sur le mur : "Le bien-être de la population est important, la sécurité alimentaire est donc d'une importance majeure".".

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Y'a pas à dire, cette tenue ne va pas aux occidentales ! Un mélange des genres malheureux.

Y'a pas à dire, cette tenue ne va pas aux occidentales ! Un mélange des genres malheureux.

Heureusement, les mannequins aux visages pâles ne découragent pas les Tibétaines.

Heureusement, les mannequins aux visages pâles ne découragent pas les Tibétaines.

Marché musulman

Marché musulman

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
De la viande halal de yak.

De la viande halal de yak.

Jeu du Sho ten. Deux équipes de deux joueurs, deux dés, 64 coquillages, 9 pièces de monnaie, 1 petit bol en bois et paris constituent les éléments indispensables de ce jeu, typiquement tibétain. Voir la règle sur http://jeuxstrategie1.free.fr/jeu_sho/regle.pdf

Jeu du Sho ten. Deux équipes de deux joueurs, deux dés, 64 coquillages, 9 pièces de monnaie, 1 petit bol en bois et paris constituent les éléments indispensables de ce jeu, typiquement tibétain. Voir la règle sur http://jeuxstrategie1.free.fr/jeu_sho/regle.pdf

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Un couturier en plein air

Un couturier en plein air

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Boutique pour touristes

Boutique pour touristes

Ici aussi...

Ici aussi...

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
L'uniforme des ecoliers est le même qu'en Chine.

L'uniforme des ecoliers est le même qu'en Chine.

Se protéger du soleil est très important. A plus de 3000 m d'altitude, il est tout près des têtes.

Se protéger du soleil est très important. A plus de 3000 m d'altitude, il est tout près des têtes.

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Le jaune tibétain

Le jaune tibétain

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Pour ceux qui ne l'ont pas encore remarqué, le chapeau n'est pas ici un accessoire, il est une pièce indispensable de l'habillement.

Pour ceux qui ne l'ont pas encore remarqué, le chapeau n'est pas ici un accessoire, il est une pièce indispensable de l'habillement.

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Les drapeaux de prière sur les toits des maisons.

Les drapeaux de prière sur les toits des maisons.

Mais, il n'y a pas moyen d'ignorer la Chine

Mais, il n'y a pas moyen d'ignorer la Chine

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Dans un café

Dans un café

Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de  Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de  Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.
Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de  Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de  Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.

Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.

Repost 0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 07:42

Les monastères tibétains ont longtemps rempli, et ce depuis leur origine, une fonction d'éducation et de transmission du savoir et étaient autrefois le seul moyen de promotion sociale. En 1950, les moines représentaient 10% de la population tibétaine (500.000 moines et nonnes) et on dénombrait plusieurs milliers de monastères. Au cours de la Révolution culturelle (1960-1970) plus de 2000 monastères et lieux saints ont été détruits ou endommagés, les plus anciennes et grandes bâtisses ayant été cependant épargnées parce qu'elles ont servi à l'armée chinoise pour entreposer leurs armes.

Le gouvernement de la Région Autonome du Tibet et, dans une moindre mesure celui du gouvernement central, ont, au cours de ces vingt dernières années, restauré 1400 monastères et nombre de ceux visités comportent des bâtiment de facture assez récente rebâtis suivant l'architecture d'origine.

Ces monastères sont maintenant gérés par le gouvernement chinois et arborent tous la bannière rouge aux cinq étoiles jaunes.

La population des moines a considérablement diminué et les monastères qui comptaient autrefois plusieurs milliers de moines n'en comptent plus désormais que quelques centaines.

Certains monastères ont encore un rôle éducateur et de transmission du savoir (des enfants de nomades sont encore envoyés par leur famille dans les monastères pour y recevoir, en tant que novices, une éducation et ainsi changer de condition sociale) mais les moines semblent maintenant, pour la plupart, affectés à l'entretien des monastères et à l'accueil et la surveillance des salles visitées par le public venu de l'extérieur. Les monastères accueillent une population de pèlerins et de touristes qui font généralement bon ménage, sauf quand il arrive qu'une horde de touristes chinois (ou étrangers) particulièrement bruyante débarque dans les salles de prières.

Quoiqu'il en soit, en visitant les lieux, anciens ou neufs, on est frappé par les contrastes que présentent ces temples : contraste choquant (mais pour un non-croyant seulement, très certainement) entre la richesse des bâtiments et des statues - les dorures, les pierres précieuses - et la pauvreté environnante ; contraste amusant et touchant entre la majesté des salles et des objets et du rituel religieux et les témoignages simples et terre-à-terre de la vie quotidienne des moines.

Le temple du Jokhang - 拉萨大昭寺等

Le plus sacré des temples tibétains et le centre spirituel du Tibet, est situé au coeur du quartier tibétain de Lhassa.

Les bâtiments ont plus de 1300 ans mais le grande majorité des statues, détruites pendant la Révolution Culturelle, remontent aux années 1980.

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Dans la statuaire bouddhiste tibétaine, les animaux mythiques ou les divinités à l'air féroce tiennent une grande place

Dans la statuaire bouddhiste tibétaine, les animaux mythiques ou les divinités à l'air féroce tiennent une grande place

La roue de la loi, symbole de la doctrine bouddhiste, entourée de deux biches représentant les disciples. Cet ensemble symbolise le premier discours de Bouddha, prononcé dans le parc des Biches à Sarnath, en Inde. Il apparaît sur le faîte de tous les temples et monastères.

La roue de la loi, symbole de la doctrine bouddhiste, entourée de deux biches représentant les disciples. Cet ensemble symbolise le premier discours de Bouddha, prononcé dans le parc des Biches à Sarnath, en Inde. Il apparaît sur le faîte de tous les temples et monastères.

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙

Le monastère du Drepung (ou du "Tas de Riz) -哲蚌寺

Situé à 8 kms à l'ouest de Lhassa, fondé en 1416, c'est le plus grand monastère du Tibet. Comme les monastères de Sera, de Ganden et de Tashilhunpo (voir plus bas), c'est un temple de la tradition des Gelugpa (les bonnets jaunes), la secte majoritaire parmi les quatre sectes du bouddhisme tibétain. Il fut le centre effectif du pouvoir politique avant que fut construit le Potala au XVIlème siècle. Il abrita autrefois plus de 10 000 moines. Fermé, comme tous les autres édifices religieux, pendant la Révolution Culturelle, quelques cinq cents moines, pour la plupart des novices, sont revenus vivre à Drepung après 1980. De tous les monastères de Lhassa, Drepung est un de ceux qui souffrirent le moins pendant la Révolution Culturelle et la partie qui fut saccagée fut restaurée en 1986.

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Le stock de bois pour les cuisines (juste derrière le silo)

Le stock de bois pour les cuisines (juste derrière le silo)

Les épis de maïs sont mis à sécher sous le porche principal.

Les épis de maïs sont mis à sécher sous le porche principal.

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Le bouddha du futur

Le bouddha du futur

Sieste

Sieste

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙

Le monastère de Sera - 色拉寺, situé à la limite nord de Lhassa, fut fondé en 1419 et accueillit à son âge d'or plus de 5 000 moines et novices. Une centaine de moines occupe actuellement les lieux.  Au monastère de Sera, tous les après-midis, est offert en pâture au regard (ou à l'objectif) du visiteur un étonnant rituel : celui du débat philosophique entre moines. Un moine, au sein d'un groupe, pose une question philosophique qui lance un débat ponctué par une gestuelle très codifiée. C'est une tradition très ancienne qui, normalement, s'effectue à l'abri des regards de non-initiés. On est partagé entre la satisfaction d'assister à cette scène originale et très visuelle et le sentiment qu'elle devrait toutefois rester confidentielle. Le doute aussi s'installe sur sa véracité, puisqu'il est difficile de comprendre ce qui se dit. Les moines s'interrogent-ils vraiment autour de problèmes philosophiques en ignorant les spectateurs ou nous offrent-ils une pure mise-en-scène ?

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Lévitation ?

Lévitation ?

Le monastère de Ganden - 甘丹寺

A 45 km environ à l'est de Lhassa, sur le flanc du Wangku Ri, une montagne sacrée qui domine la vallée de la Kyichu, rivière qui traverse Lhassa et se jette dans le Brahmapoutre (le Yarlung, en tibétain). C'est le plus grand monastère tibétain de la secte Gelugpa (la secte des "bonnets jaunes"), la principale des quatre sectes du bouddhisme tibétain. C'est aussi celui qui fut le plus dévasté pendant la Révolution Culturelle et il est encore en cours de restauration. Plus de deux mille moines y vivaient autrefois, ils ne sont plus que trois cents aujourd'hui.

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Le Ganden Lingkhor, la voie pérégrinale qui fait le tour du monastère et domine la très fertile vallée de la Kyichu

Le Ganden Lingkhor, la voie pérégrinale qui fait le tour du monastère et domine la très fertile vallée de la Kyichu

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Shopping

Shopping

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙

Le monastère de Pelkor ou Palkhor Chöde - 白居寺 à Gyantse

Construit entre 1418 et 1425, ce bâtiment austère aux murs extérieurs peints du rouge traditionnel abrite des oeuvres superbes, la région de Gyantse étant le berceau de l'art tibétain à sa période la plus créative.

 

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Un visiteur venu du ciel

Un visiteur venu du ciel

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Les statues ne sont pas en bois mais en terre cuite

Les statues ne sont pas en bois mais en terre cuite

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Le regard de la méditation

Le regard de la méditation

Le "mudra" (geste) de l'enseignement. Dans la terminologie bouddhiste un "mudra" est un geste de la main, empreint d'une signification symbolique, effectué par les bouddhas, les divinités ou les prêtres

Le "mudra" (geste) de l'enseignement. Dans la terminologie bouddhiste un "mudra" est un geste de la main, empreint d'une signification symbolique, effectué par les bouddhas, les divinités ou les prêtres

Le "mudra" de la protection

Le "mudra" de la protection

Divinité courroucée. Dans le bouddhisme tibétain, les divinités apparaissent sous leur aspect paisible ou sous leur aspect courroucé. Les divinités apparaissant sous leur aspect courroucé ont un rôle particulièrement protecteur. C'est pouquoi, on les trouve souvent à l'entrée des temples et des monastères

Divinité courroucée. Dans le bouddhisme tibétain, les divinités apparaissent sous leur aspect paisible ou sous leur aspect courroucé. Les divinités apparaissant sous leur aspect courroucé ont un rôle particulièrement protecteur. C'est pouquoi, on les trouve souvent à l'entrée des temples et des monastères

Sympathiques nonnettes en goguette

Sympathiques nonnettes en goguette

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙

Le monastère de Tashilhunpo (ou "la fortune et bonheur rassemblés") - 扎什伦布, à Shigatse est le siège traditionnel des panchen-lamas successifs. Le panchen-lama est au deuxième rang dans la hiérarchie bouddhiste des Gelugpa, après le dalai-lama.

Le monastère de Tsahilhunpo fut le centre d'importantes agitations politiques entre 1960 et les années 2000, entraînant suicides, fuites et arrestations de moines. En 1960 le monastère comptait 5 000 moines, ils ne sont plus que 800 aujourd'hui. C'est un important lieu de pélerinage pour les tibétains car il abrite les tombes des panchen-lamas.

Le monastère est redevenu un lieu d'instruction et dispense une éducation en religion bouddhiste mais aussi une éducation moderne et est un centre important pour la préservation du bouddhisme.

 

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Chat moine

Chat moine

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Mantras gravés sur le mur

Mantras gravés sur le mur

Mantras et moulins à prières

Mantras et moulins à prières

La moto est le moyen de locomotion le plus courant dès qu'on quitte Lhassa

La moto est le moyen de locomotion le plus courant dès qu'on quitte Lhassa

Le monastère de Rongbuk - 绒布寺

Situé au pied de l'Everest, à 5 200 m d'altitude, c'est le monastère "le plus haut du monde" et je rajouterais, "le plus loin du monde".

Fondé en 1902, complètement détruit pendant la Révolution Culturelle et laissé à l'abandon pendant de nombreuses années, il ne comprend que quelques dizaines de moines dont la vie matérielle, d'après ce que j'en ai vu, doit être des plus difficiles et des plus sommaires.

 

 

 

Dans l'arrière-plan, la face nord de l'Everest

Dans l'arrière-plan, la face nord de l'Everest

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙

Un petit temple très ancien et abîmé, au-dessus de Grompa, un village près de la Friendship Highway (la route qui relie Lhassa au Népal), entre Old Tingri et Shigatse. C'est un habitant du village qui en détient la clé. Il suffit de la lui demander pour entrer dans le temple.

Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Tibet (3) : temples et monastères - 西藏 (3) : 寺庙
Le gardien du temple et son petit fils

Le gardien du temple et son petit fils

Repost 0
Published by Jilian
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 07:38

Beijing, dimanche 10 août 2014 - 北京,8 月10 日星期日

Suivant le bouddhisme tantrique tibétain, le Tibet compte vingt-quatre sites sacrés qui sont des lieux de pèlerinage. Ces lieux, suivant la mythologie, correspondent à des répliques des vingt-quatre pièces du corps spirituel du Bouddha se situant originellement en Inde. Lhassa, le lac Namtso, le Mont Everest font partie du nombre. Le but essentiel d'un pèlerinage est généralement le désir d'être bénéfique à l'humanité, mais les bienfaits personnels, matériels et spirituels, sont une motivation supplémentaire. On espère par exemple qu'un voyage pénible va effacer tous les péchés accumulés par le passé et favorisera un meilleur statut dans la vie suivante.

Un pèlerinage peut consister en une heure de marche autour d'un temple mais aussi en un voyage en se prosternant sur plusieurs milliers de kilomètres qui peut durer des années. Le pèlerin, dans ce dernier cas, vit de mendicité et en logeant dans les monastères.

Parmi les observances religieuses sur les lieux sacrés, les plus courantes sont la circumambulation, la prosternation et les offrandes.

La circumambulation consiste à marcher une ou plusieurs fois autour de ces sites dans le sens des aiguilles d'une montre en s'accompagnant de prières (prononcées le plus souvent avec un moulin à prières). Les lieux sacrés, qu'ils soient des temples ou un site naturel, ont des couloirs ou des chemins (appelés "kora" en de nombreux endroits) prévus à cet effet.

Circumambulation le long du Barkhor, le couloir qui fait le tour du Jokhang, le plus sacré des temples du bouddhime tibétain, et qui se situe dans le centre historique de Lhassa

Circumambulation le long du Barkhor, le couloir qui fait le tour du Jokhang, le plus sacré des temples du bouddhime tibétain, et qui se situe dans le centre historique de Lhassa

Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Circumambulation le long du Kora (corridor) qui fait le tour du monastère de Tashilunpo à Shigatse.

Circumambulation le long du Kora (corridor) qui fait le tour du monastère de Tashilunpo à Shigatse.

Circumambulation le long du Kora qui fait le tour du lac sacré de Namtso

Circumambulation le long du Kora qui fait le tour du lac sacré de Namtso

Une communauté, avec enfants et effets personnels chargés sur des charrettes, partie en pélerinage autour d'une montagne avoisinante. Rencontrée entre Shigatse et Lhassa, sur la "Friendship Highway" (la route qui fait la jonction entre Lhassa et le Népal)

Une communauté, avec enfants et effets personnels chargés sur des charrettes, partie en pélerinage autour d'une montagne avoisinante. Rencontrée entre Shigatse et Lhassa, sur la "Friendship Highway" (la route qui fait la jonction entre Lhassa et le Népal)

Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神

La prosternation : c'est l'acte de dévotion le plus impressionnant. Le pèlerin, tous les deux pas, s'étire totalement sur le sol. Avant de s'allonger, il touche de ses mains jointes son front, sa bouche et son cœur. Ces trois points symbolisent l'esprit, la parole et le corps. Sa progression est épuisante et très lente. Plus l'effort est long et difficile, meilleurs seront les bienfaits obtenus.

Prosternation sur le Barkhor à Lhassa.

Prosternation sur le Barkhor à Lhassa.

Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神

Les offrandes : par les offrandes les pèlerins expriment leur gratitude et leur obéissance aux divinités des monastères et des lieux naturels. Les offrandes sont souvent de l'argent (des billets de faible valeur, en général), des lampes à beurre (de yak), de l'encens, et l'écharpe cérémonielle blanche, la khata.

Lampes à beurre de yak devant le Bouddha du Futur dans le monastère de Drepung près de Lhassa

Lampes à beurre de yak devant le Bouddha du Futur dans le monastère de Drepung près de Lhassa

Brûloir à encens à l'entrée du temple Tsepamed Lhakang (Temple de la Longévité) à Lhassa. L'enseigne à l'arrière indique une boutique qui vend de l'encens.

Brûloir à encens à l'entrée du temple Tsepamed Lhakang (Temple de la Longévité) à Lhassa. L'enseigne à l'arrière indique une boutique qui vend de l'encens.

Encens à l'état brut vendu à l'entrée du temple de Tsepamed Lhakang

Encens à l'état brut vendu à l'entrée du temple de Tsepamed Lhakang

Paysanne pilant des herbes qui serviront à fabriquer des bâtons d'encens.

Paysanne pilant des herbes qui serviront à fabriquer des bâtons d'encens.

Fabrication de bâtons d'encens au monastère de Tashilunpo à Shigatse. Le Tibet est un très grand producteur de bâtons d'encens.

Fabrication de bâtons d'encens au monastère de Tashilunpo à Shigatse. Le Tibet est un très grand producteur de bâtons d'encens.

Divinité avec la khata, l'écharpe cérémonielle, le long du Potala à Lhassa

Divinité avec la khata, l'écharpe cérémonielle, le long du Potala à Lhassa

Comme support aux prières sont utilisés de façon presque systématique les moulins à prières individuels, que chacun porte avec soi, ou collectifs, que l'on trouve disposés sur les lieux sacrés. Un moulin à prières traditionnel est constitué d'un cylindre rempli de mantras et pouvant tourner librement autour d'un axe. Selon les croyances associées à cet objet, actionner un tel moulin a la même valeur spirituelle que de réciter les mantras qui sont à l'intérieur, les mantras étant censés se répandre ainsi dans les airs comme s'ils étaient prononcés et avoir une influence positive sur ce qui se trouve dans ses environs. Le moulin doit être tourné de la main droite et dans le sens des aiguilles d'une montre pour que les textes en sanscrit à l'intérieur soient lus dans le bon sens.

Sur le Barkhor à Lhassa

Sur le Barkhor à Lhassa

Dans une rue de Lhassa

Dans une rue de Lhassa

Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Au monastère de Drepung, près de Lhassa. Sur la pierre, le mantra de la compassion "Om mani padme um" le mantra le plus courant au Tibet.

Au monastère de Drepung, près de Lhassa. Sur la pierre, le mantra de la compassion "Om mani padme um" le mantra le plus courant au Tibet.

Au monastère de Tashilunpo à Shigatse

Au monastère de Tashilunpo à Shigatse

Près du Potala, à Lhassa

Près du Potala, à Lhassa

D'autres supports de dévotion à Bouddha sont les sutras, les textes canoniques du bouddhisme, des écrits philosophiques sous forme d'aphorismes, avec pour thème la doctrine bouddhique. Le terme "sutra" désigne aussi, par extension, les volumes qui les contiennent.

Tous les monastères contiennent des bibliothèques importantes de sutras très anciens que les moines utilisent pour l'étude ou la prière, individuelle ou collective.

Des sutras de facture moderne sont vendus à l'usage des particuliers dans des boutiques spécialisées.

Bibliothèques de sutras au monastère de Pelkor à Gyantse

Bibliothèques de sutras au monastère de Pelkor à Gyantse

Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Un sutra récent. Les sutras sont enveloppés dans un tissu jaune ou rouge qui retient au bout une languette brodée de couleurs vives. Sous la languette est inscrit le titre du sutra.

Un sutra récent. Les sutras sont enveloppés dans un tissu jaune ou rouge qui retient au bout une languette brodée de couleurs vives. Sous la languette est inscrit le titre du sutra.

Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Sutra, déballé

Sutra, déballé

Exemples de pages intérieures

Exemples de pages intérieures

Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
Tibet (2) : les hommes et les dieux - 西藏 (2) : 人与神
On peut aussi, pour une somme modique, acheter une seule page de sutra.

On peut aussi, pour une somme modique, acheter une seule page de sutra.

Repost 0
Published by Jilian - dans Prier Sites
commenter cet article