Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 06:37

Je relate ici (un peu tardivement) un voyage que j'ai fait en janvier de cette année dans le sud des provinces du Gansu et du Shaanxi avec l'association humanitaire  "Les enfants de Madaifu - 马大夫之家". Je ne vais pas me substituer à cette association pour décrire en long et en large le concept d'"orphelinat hors les murs" qu'elle a développé avec succès et qui, de façon efficace et positive, soutient la scolarisation d'enfants orphelins recueillis par des proches qui n'ont malheureusement pas les moyens de les envoyer à l'école, voire même de les nourrir et les habiller. Je vous invite à vous rendre sur le site de l'association : www.madaifu.org

Sud du Gansu et du Shaanxi (voir les croix rouges)

Sud du Gansu et du Shaanxi (voir les croix rouges)

Dans les montagnes du sud du Gansu 甘南 et du Shaanxi 陕西

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Il y a des villages... On accède encore à certains par des chemins de terre, mais plus pour longtemps. Les routes, au fil des années, ont été carrossées et, surtout, les villages sont petit à petit déplacés le long d'axes routiers au bas de la montagne. Cette pratique relève de la volonté du gouvernement chinois d'urbaniser tout le pays. Les paysans doivent donc, petit à petit, emménager dans des villages neufs, aux maisons de béton, construites le long de routes goudronnées tracées au cordeau. C'est plus pratique pour rejoindre la ville, cela rend les paysans plus accessibles (et ainsi plus faciles à contrôler), mais l'âme des villages est en train de disparaître.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

La population des villages comprend essentiellement des personnes âgées qui cultivent la terre, élèvent des poules, des porcs, des chèvres et des moutons. Elles s'occupent de leurs petits-enfants dont les parents travaillent dans les villes, quelquefois à l'autre bout du pays. Les enfants en âge d'aller au collège ou au lycée sont en pension dans les petites villes alentour et retournent chez eux en fin de semaine et pour les vacances. Pas tous ne vont jusqu'au lycée. Un grand nombre se met au travail... ils se font manoeuvres sur des chantiers, serveurs dans les restaurants des grandes villes, vont grossir la population des mingong 民工, les migrants, et ne rentrent plus au village, où plus tard ils confieront leur progéniture à leur parents, que pour le nouvel an chinois.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Marchand ambulant

Marchand ambulant

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Les maisons d'adobe abandonnées retournent lentement à la nature.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Et la population déplacée dans les maisons de béton des nouveaux villages tente d'y trouver ses marques.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Les murs de béton se prêtent mieux que ceux d'adobe à la propagande gouvernementale

Les murs de béton se prêtent mieux que ceux d'adobe à la propagande gouvernementale

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Anciennes ou neuves les maisons sont toujours bâties sur le même modèle : à l'intérieur de trois corps de bâtiments contenant chacun une seule pièce, une grande cour pour stocker le bois, les briques, du bric-à-brac et y abriter les poules et les cochons... Les maisons modernes avec des cours tout en carreaux et béton s'y prêtent moins bien.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Une parabole solaire pour chauffer l'eau offerte par la commune

Une parabole solaire pour chauffer l'eau offerte par la commune

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Une machine pour fabriquer les nouilles (la base de l'alimentation dans les deux régions est la nouille de blé).

Une machine pour fabriquer les nouilles (la base de l'alimentation dans les deux régions est la nouille de blé).

Les portes des maisons sont recouvertes d'un tissu. Les portes étant tout le temps ouvertes, le rideau de tissu arrête le froid et les insectes.
 

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Les bandes de papier le long des montants des portes sont les "duilian 对联", des sentences porte-bonheur que l'on colle au moment du nouvel an chinois.

Les personnages sur les portes sont les "menshen 门神 les dieux des portes", qui assurent la protection de la maison.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

A l'intérieur de la maison, le kang 炕, est la pièce maîtresse. C'est une plateforme de brique chauffée de l'intérieur par un conduit venant d'un feu ou d'un poêle. C'est le seul lieu chauffé de la maison. Sur cette plateforme, on mange, on y reçoit les visiteurs et, le soir venu, toute la famille déroule des couettes et s'installe dessus pour dormir.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Le second élément important est l'autel des ancêtres qui se réduit maintenant le plus souvent à des calligraphies, quelques fruits et des photos des ancêtres. Mao Zedong - 毛泽东 y fait aussi quelquefois bonne figure.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Xi Jingping 习近平 et son épouse Peng Liyuan 彭丽媛 sont aussi à l'honneur sur les murs mais n'ont pas droit à l'autel des ancêtres.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

On affiche aussi les bonnes notes des élèves de la famille.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Le papier journal protège les murs de l'humidité et on emballe dans des sacs en plastique ce que l'on ne veut pas qui soit mangé par les rats.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Les murs recueillent aussi les souvenirs et les objets favoris.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

Dans le coin cuisine, un portrait du dieu des cuisines "一家之王 le roi de la maisonnée"

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Une machine à fabriquer les nouilles

Une machine à fabriquer les nouilles

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村

La fleur de l'âge. Ils vont au collège, au lycée, à l'université et grandissent maintenant en ville, loin du village qui les a vus naître. Ils sont devenus très différents des grands-parents ou parents qui les ont élevés et quitteront un jour leur village pour toujours. Si je les ai rencontrés c'est qu'ils étaient rentrés chez eux pour le nouvel an chinois.

Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Dans les campagnes du Gansu et du Shaanxi - 甘肃和陕西的乡村
Repost 0
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 06:03

Qu'elles s'appellent "hutongs - 胡同" dans la "ville tartare" (la partie nord et autour de la Cité interdite de la vieille ville) ou "xiang - 巷" dans la "ville chinoise" (la partie sud de la vieille ville), les ruelles de Pékin, bordées de maisons basses, aux murs et aux toits de tuiles uniformément gris, aux portes d'entrée d'un bois rouge vif, sont l'âme de Pékin. Une âme bien meurtrie par les travaux de modernisation qui grignotent et défigurent petit à petit le coeur de Pékin depuis le début des années 1990. Même si, depuis quelques années, la tendance s'est inversée et que les autorités manifestent désormais une volonté de préserver ce patrimoine architectural, social et culturel et de le restaurer plutôt que de le détruire, il n'est pas rare de tomber encore sur des pelleteuses qui détruisent les maisons jugées insalubres, une aubaine pour les promoteurs de centres commerciaux. 

Mais cette âme résiste...Et elle a, tout au long du cours douloureux de l'histoire, sû résister. 

Il fait beau, les rues sont pavoisées pour la fête nationale du drapeau rouge qui sied si bien aux murs et aux toits gris, on a étendu dehors le linge d'hiver pour l'aérer, sorti les tabourets pour jouer aux cartes ou aux échecs, pris sa canne à pêche pour aller taquiner le goujon... Et c'est ainsi depuis des siècles...

 

Cliquer sur la première photo pour faire défiler les autres.

A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
A travers les ruelles de Beijing - 国庆节期间的北京胡同和巷
Repost 0
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 20:59
Histoire de couteau - 中国菜刀

Ce couteau-hâchoir (菜刀 cai dao, litt. : couteau à légumes) est un outil indispensable de l'art culinaire chinois et figure dans toutes les cuisines. Couper les aliments pour préparer les plats est un art en soi et demande de la pratique. En dépit de la ressemblance de cet ustensile à un vulgaire couperet pour tailler en cubes grossiers les morceaux de viande, il permet, utilisé avec adresse, de couper à grande vitesse (attention les doigts !) les ingrédients les plus fins : émincer de l'ail, couper en tranches très fines concombres ou tomates et découper le porc ou le poulet en  lamelles... Quand on se promène dans Pékin à travers les ruelles, on sait que l'heure du déjeuner approche quand on entend, à travers les fenêtres ouvertes, le tac tac tac précipité des hâchoirs sur les planches à découper... Un son délicieux à mes oreilles qui, pour moi, est indissociable de la Chine...

Tout ce laïus pour vous dire que cet ustensile indispensable à la vie quotidienne des chinois ne se trouve plus en vente dans les magasins.

Depuis qu'un malade mental a, en 2013, attaqué quatre personnes dans un magasin Carrefour de la banlieue de Beijing avec un couteau qu'il a pris dans un rayon, faisant deux morts et deux blessés graves, la vente libre de tout couteau quelqu'il soit (couteau de cuisine, couteau de table, canif, cutter...) est interdite en Chine, tout du moins à Pékin. De grands magasins comme Wumart (物美), Jinkelong (金客隆) , Huapu (华普), Carrefour (家了福) où je me suis rendue n'en avaient pas. Il paraît que les rares grandes surfaces (mais lesquelles ?) où on peut encore en trouver les vendent sous présentation d'une pièce d'identité qui est enregistrée. La façon la plus pratique de s'en procurer désormais est d'aller sur les sites de vente en ligne où ils sont encore autorisés à la vente, parce que tout acheteur peut être facilement identifié.

Attention, acheteurs de couteaux, vous êtes désormais fichés !!!

Bien évidemment, la population trouve ces mesures bêtement contraignantes et parfaitement inutiles. Cela n'a, effectivement, pas empêché, des terroristes (supposément islamistes), en 2014, d'attaquer des voyageurs à l'arme blanche dans les gares de Kunming, Canton et Urumqi. Comme le fait remarquer très justement un internaute "on peut aussi tuer quelqu'un dans un supermarché en le frappant sur la tête avec un durion !"

 

 

Quelques réactions d'internautes chinois :

 

在北京超市有菜刀吗?她是藏起来了,我怎么就是找不到。

2016-04-07 13:07

最佳答案

超市里面没有,不让卖的,只有一些小超市或者五金有,需要登记身份证额,。

追问

我那都去了都没有,让我怎么做饭呀?

Où peut-on à Beijing acheter des couteaux de cuisine ? Ils se cachent ou quoi ? Je n’en trouve nulle part.

7 avril 2016 13h07

Réponse

Il n’y en a plus dans les supermarchés, la vente est interdite, il n’y a encore que dans des petits supermarchés ou des drogueries, et il faut inscrire ta pièce d’identité.

Question

Je suis allée partout, il n’y en avait pas. Comment veulent-ils qu’on fasse la cuisine ?

 

说真的,现在北京菜刀哪有卖的

发表于 14-03-30 16:06

想买把菜刀,五金店,家乐福,附近超市都看光了,买不到菜刀?
现在社会怎么了?菜刀都米有,怎么做饭啊。。。

从菜刀实名制,到菜刀禁卖,就连冷兵器封建制度下,也没有那个昏君觉得老百姓家的一把菜刀就威胁了他的龙椅了。21世纪了,一个拥有几百万武装到牙齿的现代化军队的国家,居然能觉得老百姓手里的菜刀成了莫大的威胁了,荒唐透顶了!

普通人连买把菜刀都买不到!是不是以后家里有菜刀也叫管制刀具啊,私藏菜刀的也得判刑啊,老百姓切菜,切肉得去找石头,砸石斧,石刀出来用啊?别说解放前了,这简直就是退回到50万年前的非洲匠人时代了。

 

Sans blague, maintenant, à Beijing où peut-on acheter des couteaux ?

30 mars 2014  16h06

Je voulais acheter un couteau de cuisine, dans des drogueries,  à Carrefour,  dans les supermarchés près de chez moi, je suis allé partout, on ne peut plus acheter de couteau.

Qu’arrive-t-il à notre société ? Sans hachoir, comment fait-on la cuisine ?

Du règne du couteau de cuisine on passe à celui de son interdiction. Même à l’époque féodale, qui était pourtant celle des armes blanches, pas un seul despote n’a pensé qu’une personne du peuple pouvait menacer son trône avec un couteau de cuisine. Nous sommes au 21ème siècle, avec une armée moderne équipée jusqu’aux dents à l'aide de millions, et on pense tout d’un coup que des couteaux de cuisine entre les mains du peuple peuvent présenter une quelconque menace, c’est absurde !

Le commun des mortels ne peut même plus acheter de couteau de cuisine ! Le couteau va devenir un moyen de contrôler les gens, et ceux qui en cacheront chez eux seront punis, c’est çà ! Les gens vont-ils devoir utiliser de la pierre, des haches en pierre, des lames en pierre pour couper leurs légumes et leur viande ? Non, ce n'est pas à la période avant la Libération (cf. la Révolution de 1949) que nous sommes revenus, mais tout bonnement à celle des premiers bâtisseurs, en Afrique, il y a 500 000 ans !

 

 

 

Repost 0
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 03:59

En Chine, la consommation d'alcool est souvent associée à l'art, à la poésie et à la calligraphie. Les grands artistes de la Chine ancienne sont réputés pour avoir souvent trouvé l'inspiration en buvant en compagnie d'amis et l'on retrouve souvent dans leurs oeuvres la référence au bonheur et au bien-être ressentis grâce à un verre de vin.

Le vin auquel ces lettrés s'adonnaient est le "vin jaune - 黄酒 huang jiu", un alcool de riz dont le lieu de production le plus réputé est la région de Shaoxing - 绍兴 dans la province du Zhejiang - 浙江, au sud de Shanghai.

Ce vin, de couleur ambre foncé, de 12 degrés d'alcool environ, quelquefois plus, se boit chaud servi dans un petit pot spécial, le 温酒壶 - wenjiu hu, qui permet de le chauffer au bain-marie. Il est obtenu par la fermentation de grains de riz non suivie de distillation et s'apparente au saké jaonais qui s'en est d'ailleurs inspiré. C'est un vin traditionnel, connu depuis la période néolithique, et qui servit à l'origine de boisson sacrificielle offerte en libation aux esprits des ancêtres et aux divinités supérieures. C'est une boisson également reconnue comme bonne pour la santé (en consommation raisonnable), et il est, dans certains cas, recommandé en médecine chinoise pour accompagner la prise de médicaments.

Le vin jaune fut une source d'inspiration pour les poètes et artistes des dynasties Jin - 晋 à Song - 宋 (entre les IIIe et XIIIe siècles). Lors de soirées, les convives étaient invités à composer des poèmes tout en dégustant du vin. Le grand poète de la dynastie Tang - 唐, Li Bai - 李白 (701-762), grand buveur épris de liberté et qui mena une vie de bohème et de vagabondage, associe souvent la lune et le vin dans ses poèmes dont voici, ci-dessous, le plus célèbre du genre.

 

月下獨酌

花間一壷酒

獨酌無相親

舉杯邀明月

對影成三人

Je bois seul sous la lune

Un pichet de vin parmi les fleurs

Je bois seul, sans compagnon

Je lève ma coupe pour convier la lune claire

Avec mon ombre, nous sommes trois

 

Quelques siècles auparavant, sous la dynastie des Jin - 晋 (265- 420), dans la région de Shaoxing, le célèbre calligraphe Wang Xizhi - 王羲之(303-361) aimait réunir ses amis poètes et calligraphes autour d'un bon repas bien arrosé. Un jour de l'année 353, alors qu'il avait rassemblé une quarantaine d'amis près du Pavillon des Orchidées - 蘭亭 lan ting, il lança parmi eux un concours de poésie tout à fait particulier. Il posa une coupe de vin sur l'eau d'un petit ruisseau qui coulait tout près après avoir installé ses amis sur la rive. La coupe voguait au gré du courant et lorsqu'elle s'approchait d'un convive, celui-ci devait composer un poème. Celui qui ne s'en acquittait pas correctement devait boire la coupe de vin. Grisé par la présence de ses amis et aussi par le vin, Wang Xizhi prit un pinceau et traça la préface au recueil des poésies composées ce jour-là.

La "Préface au recueil du Pavillon des Orchidées - 蘭亭序 Lan Ting Xu est devenue, par sa spontanéité et sa fraîcheur, un grand classique de calligraphie de style cursif - 行书 xingshu. C'est l'oeuvre de calligraphie de ce style la plus célèbre et la plus copiée de l'histoire de Chine. (*)

En mémoire de cet évènement, tous les ans, se tient à Shaoxing, au troisième mois lunaire (en avril de l'année solaire), un Festival de Calligraphie.

(*) C'est l'oeuvre que je tente de recopier au pinceau depuis quelques temps, sans grand succès, en m'accompagnant d'un godet de vin de Shaoxing. Peut-être dois-je augmenter la dose de vin jaune ?

Une bouteille de vin de Shaoxing - 绍兴黄酒 assez ordinaire qui sert aussi pour la cuisine. Cinq ans d'âge et 12 degrés d'alcool environ. 1,5 L à 30 yuans (4,5 Euros)

Une bouteille de vin de Shaoxing - 绍兴黄酒 assez ordinaire qui sert aussi pour la cuisine. Cinq ans d'âge et 12 degrés d'alcool environ. 1,5 L à 30 yuans (4,5 Euros)

Un chauffe-vin individuel - 温酒壶
Un chauffe-vin individuel - 温酒壶

Un chauffe-vin individuel - 温酒壶

La couverture d'un livre qui rassemble trois copies de la Préface du Pavillon des Orchidées - 蘭亭序 dont une de l'empereur Qianlong - 乾隆 (1735-1796) de la dynastie des Qing

La couverture d'un livre qui rassemble trois copies de la Préface du Pavillon des Orchidées - 蘭亭序 dont une de l'empereur Qianlong - 乾隆 (1735-1796) de la dynastie des Qing

Les deux premiers morceaux de cette préface
Les deux premiers morceaux de cette préface

Les deux premiers morceaux de cette préface

Le vin des lettrés - 文人之酒
Repost 0
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 07:55

Mao Zedong - 毛泽东, "Grand Timonier" de la Chine pour l'éternité

"Mao comme doudou ?" C'est cette photo que j'ai prise le 7 janvier 2016 qui m'a inspiré le petit article qui suit

"Mao comme doudou ?" C'est cette photo que j'ai prise le 7 janvier 2016 qui m'a inspiré le petit article qui suit

Quarante ans après sa mort Mao jouit encore du respect et de l'admiration non seulement des leaders politiques mais également de l'ensemble de la population chinoise, jeunesse comprise. Le fait, d'ailleurs, que cette jeunesse chinoise considère Mao comme un emblème et qu'il soit leur figure historique préférée est très probablement instrumentalisé et le résultat d'une propagande bien orchestrée par le gouvernement.

Le portrait de Mao figure toujours sur le fronton de la Cité Interdite et domine la place Tian'An Men.

Les nouveaux billets de 100 Yuans, émis fin 2015, sont toujours à l'effigie de Mao.

Il n'y a pas si longtemps encore, la grande mode était le portrait de Mao accroché au rétroviseur d'une voiture pour en protéger le conducteur et les passagers.

Son corps embaumé est toujours exposé dans un mausolée sur la place Tian'An Men et attire chaque jour une foule de "pélerins" chinois, émus aux larmes.

Il n'est pas de bon ton de le critiquer ouvertement. Officiellement, on lui reconnaît 30 % d'erreurs et 70 % d'actions positives (ratio qui a été instauré, autrefois, par Deng Xiaoping et qui est maintenu).

Xi Jinping- 习近平, "prince rouge" (on désigne ainsi les enfants d'hommes politiques qui furent proches de Mao Zedong) et que l'on dit être le dirigeant chinois le plus puissant après Mao, se réclame de l'héritage de ce dernier. Et à ce titre, il entretient lui aussi très bien le culte de sa personnalité : peintures à l'huile, gadgets, chansons, bandes dessinées etc. en hommage à Xi Dada - 习 大 大 (Oncle Xi), son surnom dans les médias, sont foison. A quand son portrait sur le fronton de la Cité Interdite ?

Repost 0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 06:12

Petit sanctuaire pour le culte de Guan Yu - 关羽, dans la campagne, près des Tombeaux Ming, au nord-est de Beijing.

Laobaixing (les gens) : le culte de Guanyu - 老百姓 :崇拜羽
Cliquer sur les photos pour voir les sentences en entierCliquer sur les photos pour voir les sentences en entier

Cliquer sur les photos pour voir les sentences en entier

Laobaixing (les gens) : le culte de Guanyu - 老百姓 :崇拜羽

Guan Yu – 关羽 (160 – 220) est un général, encore extrêmement célèbre, de la période des Trois Royaumes. Il a été immortalisé dans le roman classique " Les Trois Royaumes – 三国演义 San Guo yanyi » de Luo Guanzhong - 罗贯中datant du 14e siècle, où il est dépeint comme un guerrier loyal et honorable capable d'exploits surhumains. Il a été divinisé quelques siècles après sa mort, sous la dynastie des Sui (581 – 614) et est toujours révéré de nos jours en Chine, aussi bien par les taoïstes, les confucianistes et les bouddhistes que dans des croyances populaires locales. Il s’appelle 关公– Guangong (Seigneur Guan) ou 关帝- Guandi (Empereur Guan) chez les taoïstes et Sangharama Bodhisattva chez les bouddhistes. Il est le protecteur des hommes d’affaires, des commerçants, des familles, des policiers, mais aussi… des membres de la mafia. Bref, il est mis à toutes les sauces et on le trouve partout, surtout dans le sud de la Chine, également à Taiwan et dans les quartiers chinois de New-York et de San Francisco. On le reconnaît à son teint rubicond, à sa barbe fournie et à sa hallebarde.

La présence de Guan Yu dans toutes les confessions chinoises vous donne une idée de la complexité du système religieux chinois qui souvent combine plusieurs religions et philosophies anciennes.

Pour en revenir au petit sanctuaire, sur ce chemin de campagne, j’ai été attirée par les sentences parallèles – 对联 duilian (les bandes de papier collées sur les deux côtés de l’entrée) et qui comportent des caractères chinois qui n’existent pas ou, en tout cas, qui ne figurent pas dans les dictionnaires même le plus complet et le plus sophistiqué. Grâce à Baidu - 百度 (le Google chinois), j'ai appris que ces sentences étaient dédiées au culte de Guan Yu.

On lit verticalement :

sur la bande de droite 日 昌 晶 日x4 安天下

sur la bande de gauche 月 朋 月x3 月x4 定乾坤

Le caractère 日ri veut dire le soleil ou le jour

Le caractère 月yue veut dire la lune ou le mois

Les deux caractères associés 日 + 月 forment le caractère 明 ming qui veut dire clarté, clair, lumière.

2 x日 = 昌 chang : florissant

3 x 日 = 晶 jing : brillant

4 x 日 n’existe pas

2 x 月 = 朋 peng : ami, amical (je pense que, ici, c’est l’image des deux lunes qui prévaut)

3 x 月n’existe pas

4 x 月 n’existe pas

On peut en déduire que 日 et 月 répétés et mis en parallèle veulent dire : grande luminosité, fort rayonnement.

Les groupes de mots en dessous, 安天下an tianxia et 定乾坤 ding qiankun, veulent dire respectivement : « paix sous le ciel » et « stabilité de l’univers ». On pourrait donc traduire ces deux sentences par : « le rayonnement de Guanyu apporte paix sur la terre et stabilité dans l’univers ».

Un exemple de toutes les idées que, grâce aux caractères chinois, on peut exprimer de façon imagée.

Repost 0
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 07:09
C'est pour le moins franc et direct ! - 诚实直接 !

C'est pour le moins franc et direct ! - 诚实直接 !

Le photographe a dû avoir peur du tigre ! - 摄影师被老虎惊吓了!

Le photographe a dû avoir peur du tigre ! - 摄影师被老虎惊吓了!

Repost 0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 14:48

Le pastoralisme, a été, pendant des siècles, le mode de vie traditionnel de la majorité du peuple tibétain, l'agriculture, essentiellement de subsistance, se concentrant sur les plaines alluviales le long des rives des fleuves Mékong et Yarlung (Brahmapoutre) et de leurs principaux affluents, comme la rivière Kyichu qui traverse Lhassa. J'écris " a été", car la culture pastorale au Tibet est en train de disparaitre, le gouvernement chinois ayant, au début des années 1990, mis en place une politique très stricte de sédentarisation des nomades, sous prétexte de protéger les immenses prairies du Tibet, les nomades et leurs troupeaux étant, d'après lui, responsables de la surexploitation des pâtures et de la dégradation qui en résulte. (Le gouvernement chinois se garde bien de faire état de la réduction de la moitié de la forêt tibébaine entre 1950 et 1985, résultat de la collectivisation et de l’exploitation forestière et minière).

Les nomades sont ainsi contraints à abandonner leur mode de vie traditionnel et à s'installer dans des habitations permanentes au sein de villages sans âme construits pour eux au bord des routes. Ce processus est d'ailleurs appliqué dans des régions reculées de Chine, où des habitants sont obligés de quitter leurs villages traditionnels pour s'installer dans des habitations neuves le long des routes. Il est clair que c'est un moyen pour les autorités de contrôler la population.

Dans le cas du Tibet, ce projet de sédentarisation, est un danger pour l’écologie du plateau tibétain et pour l’identité culturelle des personnes qui y vivent depuis des siècles, leur mode de vie ancestral se trouvant en quelques décennies totalement bouleversé.

Les derniers nomades

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Les bouses de yak séchées (sur le tas à droite) servent de combustible

Les bouses de yak séchées (sur le tas à droite) servent de combustible

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Bouses de yaks séchées, mises à l'abri sous une bâche

Bouses de yaks séchées, mises à l'abri sous une bâche

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Troupeau de yaks

Troupeau de yaks

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民

Les agriculteurs

Un village

Un village

Aplanissage d'un champ. Les moyens utilisés par les paysans sont encore très sommaires. Yaks ou cheveaux sont les animaux de trait. Ils sont toujours joliment harnachés.

Aplanissage d'un champ. Les moyens utilisés par les paysans sont encore très sommaires. Yaks ou cheveaux sont les animaux de trait. Ils sont toujours joliment harnachés.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Un moulin à farine d'orge. La farine d'orge sert à fabriquer la tsampa, la base de l'alimentation tibétaine.  Traditionnellement, la farine est délayée avec les doigts dans un bol avec un peu de thé au beurre. Elle peut se manger seule ou accompagnée de légumes et de viande.

Un moulin à farine d'orge. La farine d'orge sert à fabriquer la tsampa, la base de l'alimentation tibétaine. Traditionnellement, la farine est délayée avec les doigts dans un bol avec un peu de thé au beurre. Elle peut se manger seule ou accompagnée de légumes et de viande.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民

Des exemples de nouveaux villages où les nomades ont été contraints de s'installer.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Certaines maisons, vues de l'extérieur, sont belles mais certainement peu confortables. Les bouses de yak servant de combustible sèchent sur les murets extérieurs.

Certaines maisons, vues de l'extérieur, sont belles mais certainement peu confortables. Les bouses de yak servant de combustible sèchent sur les murets extérieurs.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民

Vus en chemin

 

 

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Famille qui rentre chez elle, dans un village de montagne, après avoir fait des courses dans la vallée.

Famille qui rentre chez elle, dans un village de montagne, après avoir fait des courses dans la vallée.

La route est longue. Pause pique-nique

La route est longue. Pause pique-nique

Le tracteur est orné d'un khata (écharpe) porte-bonheur

Le tracteur est orné d'un khata (écharpe) porte-bonheur

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Cet homme est originaire de la région tibétaine du kham, reconnaissable à sa tresse enroulée autour de la tête et maintenue par un bandeau rouge et à sa boucle d'oreille en turquoise.

Cet homme est originaire de la région tibétaine du kham, reconnaissable à sa tresse enroulée autour de la tête et maintenue par un bandeau rouge et à sa boucle d'oreille en turquoise.

Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Tibet (5) : Nomades et villageois - 西藏 (5) :游牧民和村民
Repost 0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 13:33

A 3650 m d'altitude, Lhassa est une des villes les plus élevées du monde. La présence de la montagne tout autour, qui culmine jusqu'à 6 000 m, se fait sentir partout. Mais, en dépit de sa situation en altitude, la ville rencontre, il semblerait, des problèmes de pollution atmosphérique. Le climat est extrêmement ensoleillé. Entre mi-mai et début juin, période où j'y étais, s'il faisait aux alentours de 10 degrés la nuit, le jour la température montait à 30 degrés voire 35 degrés. Les femmes de Lhassa se masquent le visage et pratiquement tout le monde porte des chapeaux pour se protéger du soleil.

600 000 habitants en 2010, avec un pourcentage de population Han (chinoise) qui va en augmentant. Certaines sources non chinoises donnent le chiffre de 60 % de Han, pourcentage que le gouvernement chinois attribue à la population tibétaine. Quoiqu'il en soit la présence chinoise ne fait que s'accentuer... les ruelles étroites et tortueuses bordées de maisons à quelques étages, aux fenêtres décorées et aux toits ornés de drapeaux de prières, de la "ville tibétaine", au centre, contrastent avec les palaces luxueux, les barres d'immeubles sans cachet et les larges avenues de la "ville chinoise" qui s'étend de plus en plus loin à la périphérie et qui ressemble à n'importe quelle ville moyenne des provinces chinoises.

Toutes les enseignes, annonces et panneaux de signalisation sont bilingues, en tibétain et en chinois, les inscriptions en chinois étant quelquefois plus visibles que celles en tibétain.

Le Potala

Le Potala, construit au XIIème siècle par le cinquième Dalaï-Lama, était destiné à assumer des fonctions aussi nombreuses que variées. Tout d'abord, il était la résidence du Dalaï-Lama et de son vaste entourage mais aussi le lieu où se tenaient toutes les grandes cérémonies d'état. Egalement siège du gouvernement tibétain, il servit en outre de forteresse durant les époques tumultueuses de l'histoire du Tibet au XVIIIème siècle. Toutes les décisions politiques et administratives concernant le pays émanèrent de ce palais. De plus, dans la mesure où les Dalaï-Lamas étaient considérés comme des incarnations de Cherensi, le Bodhisattva de Compassion et protecteur du Tibet, le Potala devint une destination majeure pour les pèlerins. Le Potala fut donc le lieu de résidence principal des Dalaï-Lamas successifs, jusqu'à la fuite en Inde du quatorzième Dalaï-Lama après le soulèvement contre l'armée chinoise, en 1959. Aujourd'hui, le palais est devenu un musée géré par la Chine. Pour le visiter, il faut montrer patte blanche : présentation du passeport ou de la pièce d'identité, passage au scanner des sacs et des personnes, bouteilles de liquide interdites...

Le Potala, au fond à droite, vu du Jokhang

Le Potala, au fond à droite, vu du Jokhang

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Ils sont de plus en plus nombreux à faire le trajet Chengdu - Lhassa à vélo. En un mois plus de 2000 kms de côtes avec de nombreux passage de cols dont la majorité culmine à 4000 m et quelques-uns à 5000 m. Certains poussent jusqu'au camp de base de l'Everest.

Ils sont de plus en plus nombreux à faire le trajet Chengdu - Lhassa à vélo. En un mois plus de 2000 kms de côtes avec de nombreux passage de cols dont la majorité culmine à 4000 m et quelques-uns à 5000 m. Certains poussent jusqu'au camp de base de l'Everest.

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
La ville chinoise vue du Potala

La ville chinoise vue du Potala

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨

Dans la ville tibétaine

Il est choquant qu'au Tibet et à Lhassa même, on parle de "ville chinoise" et "ville tibétaine"... laquelle ville chinoise semble maintenant plus étendue que la ville tibétaine.

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Le slogan en chinois sur le mur :  "Le bien-être de la population est important, la sécurité alimentaire est donc d'une importance majeure".".

Le slogan en chinois sur le mur : "Le bien-être de la population est important, la sécurité alimentaire est donc d'une importance majeure".".

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Y'a pas à dire, cette tenue ne va pas aux occidentales ! Un mélange des genres malheureux.

Y'a pas à dire, cette tenue ne va pas aux occidentales ! Un mélange des genres malheureux.

Heureusement, les mannequins aux visages pâles ne découragent pas les Tibétaines.

Heureusement, les mannequins aux visages pâles ne découragent pas les Tibétaines.

Marché musulman

Marché musulman

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
De la viande halal de yak.

De la viande halal de yak.

Jeu du Sho ten. Deux équipes de deux joueurs, deux dés, 64 coquillages, 9 pièces de monnaie, 1 petit bol en bois et paris constituent les éléments indispensables de ce jeu, typiquement tibétain. Voir la règle sur http://jeuxstrategie1.free.fr/jeu_sho/regle.pdf

Jeu du Sho ten. Deux équipes de deux joueurs, deux dés, 64 coquillages, 9 pièces de monnaie, 1 petit bol en bois et paris constituent les éléments indispensables de ce jeu, typiquement tibétain. Voir la règle sur http://jeuxstrategie1.free.fr/jeu_sho/regle.pdf

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Un couturier en plein air

Un couturier en plein air

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Boutique pour touristes

Boutique pour touristes

Ici aussi...

Ici aussi...

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
L'uniforme des ecoliers est le même qu'en Chine.

L'uniforme des ecoliers est le même qu'en Chine.

Se protéger du soleil est très important. A plus de 3000 m d'altitude, il est tout près des têtes.

Se protéger du soleil est très important. A plus de 3000 m d'altitude, il est tout près des têtes.

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Le jaune tibétain

Le jaune tibétain

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Pour ceux qui ne l'ont pas encore remarqué, le chapeau n'est pas ici un accessoire, il est une pièce indispensable de l'habillement.

Pour ceux qui ne l'ont pas encore remarqué, le chapeau n'est pas ici un accessoire, il est une pièce indispensable de l'habillement.

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Les drapeaux de prière sur les toits des maisons.

Les drapeaux de prière sur les toits des maisons.

Mais, il n'y a pas moyen d'ignorer la Chine

Mais, il n'y a pas moyen d'ignorer la Chine

Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Tibet (4) : Lhassa - 西藏 (4): 拉萨
Dans un café

Dans un café

Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de  Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de  Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.
Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de  Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de  Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.

Sur la grande place en face du Potala, propagande pour le "Rêve chinois" de Xi Jinping. Les mêmes affiches qu'à Pékin avec une seule différence : il y a la traduction en tibétain. De haut en bas, 1ère image : "le grand amour", évocation de la solidarité populaire après les tremblements de terre ; 2ème image : "Chine, en avant !" avec un hommage symbolique rendu au drapeau chinois et aux "porte-drapeaux" ; 3ème image : ronde d'hommes et de femmes qui chantent et qui dansent i.e "le rêve d'une Chine heureuse, festive et unifiée" et 4ème image, le vieux slogan qui date des années 1950, mais qui y croit encore ? "il n'y a pas de Chine nouvelle sans le Parti communiste !" et qui sont aussi les paroles d'un chant.

Repost 0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 15:58

Un havre de paix dans les montagnes du Sichuan : le

temple tibétain de Munigou.

Beaucoup de religions ont une iconographie très riche et un usage prononcé de symboles. Cela s'explique, à mon sens, parce que les religions s'adressaient, autrefois, à des populations majoritairement illétrées.

Le bouddhisme n'échappe pas à la règle et manifeste une volonté de faire comprendre les choses spirituelles par l'image.

Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Huit stupas (ou dagobas). Le stupa fut, à l'origine, un monument destiné à recueillir les cendres du Bouddha et, plus tard, celles des grands saints. Le stupa est, par la suite, devenu un monument commémoratif. Ces huit stupas évoquent chacun un évènement important dans la vie du Buddha.

Huit stupas (ou dagobas). Le stupa fut, à l'origine, un monument destiné à recueillir les cendres du Bouddha et, plus tard, celles des grands saints. Le stupa est, par la suite, devenu un monument commémoratif. Ces huit stupas évoquent chacun un évènement important dans la vie du Buddha.

Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Les symboles de félicité, de gauche à droite : l'ombrelle, symbole de la protection contre la "chaleur des souillures" et, donc, des bonnes attitudes mentales qui protègent des dangers extérieurs ; les poissons d'or représentent les deux rivières sacrées de l'Inde, le Gange et la Yamuna ; le vase contient la connaissance ; le lotus, fleur magnifique qui naît dans les eaux vaseuses, symbolise la pureté ; la conque blanche symbolise la gloire de l'enseignement du bouddha ; le noeud éternel représente l'interdépendance de tous les phénomènes, l'entrelacement des évènements, de leurs causes et des conséquences ; la bannière de la victoire symbolise la victoire de la connaissance et l'accession au bonheur ; la roue du dharma représente l’enseignement du  Bouddha et sa diffusion.

Les symboles de félicité, de gauche à droite : l'ombrelle, symbole de la protection contre la "chaleur des souillures" et, donc, des bonnes attitudes mentales qui protègent des dangers extérieurs ; les poissons d'or représentent les deux rivières sacrées de l'Inde, le Gange et la Yamuna ; le vase contient la connaissance ; le lotus, fleur magnifique qui naît dans les eaux vaseuses, symbolise la pureté ; la conque blanche symbolise la gloire de l'enseignement du bouddha ; le noeud éternel représente l'interdépendance de tous les phénomènes, l'entrelacement des évènements, de leurs causes et des conséquences ; la bannière de la victoire symbolise la victoire de la connaissance et l'accession au bonheur ; la roue du dharma représente l’enseignement du Bouddha et sa diffusion.

Moulins à prière. Ils se présentent sous forme de cylindres de bronze verticaux tournant autour d'un axe et à l'intérieur desquels on a glissé des mantras (prières bouddhiques). Les fidèles se déplacent le long de moulins en les faisant tourner de la main droite les uns après les autres et dans le sens des aiguilles d'une montre (pour que les mantras soient "lus" dans le sens de l'écriture). En tournant, le moulin envoie ses mantras dans les airs, comme si ils étaient prononcés.

Moulins à prière. Ils se présentent sous forme de cylindres de bronze verticaux tournant autour d'un axe et à l'intérieur desquels on a glissé des mantras (prières bouddhiques). Les fidèles se déplacent le long de moulins en les faisant tourner de la main droite les uns après les autres et dans le sens des aiguilles d'une montre (pour que les mantras soient "lus" dans le sens de l'écriture). En tournant, le moulin envoie ses mantras dans les airs, comme si ils étaient prononcés.

Deux des quatre Devarajas, protecteurs du monde et des quatre horizons. A gauche, Mi-mi Sang, "Celui qui a l'oeil mauvais", siège à l'ouest, est de couleur rouge, a l'air courroucé, a comme attribut le serpent pour signifier qu'il est le "Maître des Najas", les défenseurs de la loi bouddhique. A droite, Nam Ths Sy, "Celui qui entend tout", siégeant au nord, de couleur jaune, est à la tête des Yaksha, les génies de la nature

Deux des quatre Devarajas, protecteurs du monde et des quatre horizons. A gauche, Mi-mi Sang, "Celui qui a l'oeil mauvais", siège à l'ouest, est de couleur rouge, a l'air courroucé, a comme attribut le serpent pour signifier qu'il est le "Maître des Najas", les défenseurs de la loi bouddhique. A droite, Nam Ths Sy, "Celui qui entend tout", siégeant au nord, de couleur jaune, est à la tête des Yaksha, les génies de la nature

Les deux autres Devarajas. A gauche, Yulkor-Rung, "Celui qui maintient le royaume de la Loi", siège à l'est, est de couleur blanche (symbole de pureté) et joue de la vina, un instrument à sept cordes métalliques, avec deux caisses de résonance et un long manche. A droite, Pha Kye Po, "Le grand homme", à l'aspect terrible, siège au sud, est de couleur noire, porte une épée de la main droite et règne sur les géants.

Les deux autres Devarajas. A gauche, Yulkor-Rung, "Celui qui maintient le royaume de la Loi", siège à l'est, est de couleur blanche (symbole de pureté) et joue de la vina, un instrument à sept cordes métalliques, avec deux caisses de résonance et un long manche. A droite, Pha Kye Po, "Le grand homme", à l'aspect terrible, siège au sud, est de couleur noire, porte une épée de la main droite et règne sur les géants.

Ces quatre animaux placés les uns sur les autres symbolisent la coopération fructueuse entre différentes générations et le respect pour les anciens. Cette peinture s'inspire d'une légende bouddhique dans laquelle quatre animaux discutaient pour savoir qui était le plus âgé. L’éléphant dit que l’arbre sous lequel ils se trouvaient était déjà chargé de fruits quand il était né, le singe dit qu'à sa naissance l’arbre était bourgeonnant, le lapin avait vu l’arbre lorsque celui-ci n’était qu’une jeune pousse et l’oiseau déclara qu’il avait transporté la graine de l’arbre. Les trois autres animaux admirent que l’oiseau était le plus âgé d'entre-eux et, en conséquence, le plus digne de respect. Ils se placèrent l’un sur l’autre selon leur âge afin de s’aider à profiter des fruits de l’arbre en toute harmonie.    Autour de la peinture, la "Svastika" qui laisse lieu à plusieurs interprétations. Elle serait d'origine mésopotamienne et représenterait la rotation, et donc le soleil, les comètes, et, de manière symbolique, la vie et l’éternel recommencement. Elle symbolise, dans le Bouddhisme, l’éternité. (Les nazis l'ont rendue tristement célèbre. Je croyais jusqu'à ce voyage que la "croix gammée" des nazis avait les branches tournées dans l'autre sens. J'ai dû me rendre à l'évidence. La Svastika du bouddhisme et la croix des nazis est la même.

Ces quatre animaux placés les uns sur les autres symbolisent la coopération fructueuse entre différentes générations et le respect pour les anciens. Cette peinture s'inspire d'une légende bouddhique dans laquelle quatre animaux discutaient pour savoir qui était le plus âgé. L’éléphant dit que l’arbre sous lequel ils se trouvaient était déjà chargé de fruits quand il était né, le singe dit qu'à sa naissance l’arbre était bourgeonnant, le lapin avait vu l’arbre lorsque celui-ci n’était qu’une jeune pousse et l’oiseau déclara qu’il avait transporté la graine de l’arbre. Les trois autres animaux admirent que l’oiseau était le plus âgé d'entre-eux et, en conséquence, le plus digne de respect. Ils se placèrent l’un sur l’autre selon leur âge afin de s’aider à profiter des fruits de l’arbre en toute harmonie. Autour de la peinture, la "Svastika" qui laisse lieu à plusieurs interprétations. Elle serait d'origine mésopotamienne et représenterait la rotation, et donc le soleil, les comètes, et, de manière symbolique, la vie et l’éternel recommencement. Elle symbolise, dans le Bouddhisme, l’éternité. (Les nazis l'ont rendue tristement célèbre. Je croyais jusqu'à ce voyage que la "croix gammée" des nazis avait les branches tournées dans l'autre sens. J'ai dû me rendre à l'évidence. La Svastika du bouddhisme et la croix des nazis est la même.

Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Repost 0