Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 07:13

(j'ai rassemblé ici tous les articles que j'avais publié auparavant sur la calligraphie chinoise)

                                          La calligraphie chinoise

            Une forme d'écriture mais également un art majeur et un "art d'être"

La calligraphie au pinceau des caractères chinois, pourtant indissociable de l'écriture et de son aspect utilitaire, est considérée en Chine comme un art majeur dont la peinture traditionnelle est, d'ailleurs, directement issue. A l'heure actuelle, où les caractères chinois sont écrits par tous à la pointe bille, au stylo ou à l'ordinateur, elle est devenue d’autant plus un art à part entière enseigné à l'école, pratiqué par beaucoup d'amateurs et de grands artistes.

"La calligraphie chinoise (en tant qu'art) n'est ni une écriture appliquée, ni une écriture enjolivée. Elle bannit la stylisation arbitraire des formes et plus encore le rajout décoratif. L'unique préoccupation du calligraphe chinois est de donner vie aux caractères, de les animer sans les forcer en rien. Il met sa sensibilité au service de l'écriture puis en vient, par un renversement subtil, à se servir de l'écriture pour exprimer sa sensibilité personnelle. C'est à la faveur de ce renversement que l'écriture chinoise devient un moyen d'expression d'une richesse et d'une finesse extrême." cf. "L'art chinois de l'écriture " de Jean-François Billeter

L'art de la calligraphie relève également du domaine spirituel et de la maîtrise de soi :

"Le pinceau n'est pas un outil fruste comme la plume, mais un instrument qui enregistre avec la fidélité d'un séismographe les infléchissements les plus légers du geste aussi bien que les écarts les plus soudains. Le calligraphe chinois s'en sert pour capter les forces qui viennent du plus profond de lui-même. cf. "L'art chinois de l'écriture" de Jean-François Billeter

Tous les grands calligraphes ont consacré leur vie entière à cet art. Il leur a fallu des dizaines d'années avant de devenir des calligraphes reconnus.

 

Un peu d’histoire

L'origine des caractères chinois remonte à plus de trois mille ans. Le premier style d'écriture, datant de la dynastie des Shang (1600–1046 av. J.-C.), a pu être connu à travers les inscriptions divinatoires que l'on a retrouvées sur des os d'animaux ou des carapaces de tortues : les jia gu wen - 甲骨文(甲骨 jia gu voulant dire « carapace » et « os »). Ces caractères sont des pictogrammes et ont l’aspect de l’objet qu’ils désignent. Plus de cinq mille caractères ont été identifiés. Ils ont donné naissance aux caractères encore en vigueur actuellement mais sont cependant la seule forme d'écriture qui ait disparu.

Ci-dessous, trois rangées de jiaguwen - 甲骨文 représentant des animaux avec en-dessous les caractères actuels qui en dérivent.

 

Jiaguwen - 甲骨文 Première rangée, de gauche à droite : Tigre, Cochon, Cerf, Biche, Eléphant, Lapin, Chien ; deuxième rangée, de gauche à droite : Bei (monstre mythique), Moineau, Oiseau chanteur, Faisan, Poisson, Tortue, Oiseau ; troisième rangée, de gauche à droite : Hirondelle, Ver à soie, Dragon, Boeuf, Cheval, Chèvre, Bête féroce

Jiaguwen - 甲骨文 Première rangée, de gauche à droite : Tigre, Cochon, Cerf, Biche, Eléphant, Lapin, Chien ; deuxième rangée, de gauche à droite : Bei (monstre mythique), Moineau, Oiseau chanteur, Faisan, Poisson, Tortue, Oiseau ; troisième rangée, de gauche à droite : Hirondelle, Ver à soie, Dragon, Boeuf, Cheval, Chèvre, Bête féroce

Deux nouveaux styles d'écriture identiques datant de la dynastie suivante, celle des Zhou (1046-771 av. J.-C.), se retrouvent gravés sur les bronzes et sur les sceaux. D'où leurs noms de style sigillaire - 篆书 zhuanshu (篆 zhuan voulant dire sceau) et style des bronzes - 金文 jinwen (金 jin voulant dire bronze). Ce style est encore utilisé pour les sceaux, pour les enseignes ou comme ornement. La lecture d'un grand nombre de ces caractères demande un entraînement particulier.

Style sigillaire - 篆书 zhuanshu

Style sigillaire - 篆书 zhuanshu

Après l'unification de l'empire chinois par Jin Shi Huangdi - qin'shi'h, en 221 avant J.C, et l’unification de l’écriture, la calligraphie au pinceau fait son apparition. Elle est l’apanage des lettrés, hommes de culture et de pouvoir – poètes, écrivains, philosophes, historiens, politiciens occupant souvent des postes importants au gouvernement. Un nouveau style d'écriture apparaît qu’utilisent donc les officiels de la cour, le style des scribes ou de chancellerie - 隶书 lishu (li voulant dire « employé », « scribe »). Les caractères sont très proches des caractères actuels et sont lisibles par tout le monde.

Style des scribes ou de chancellerie - 隶书 lishu

Style des scribes ou de chancellerie - 隶书 lishu

Sous la dynastie des Han, au troisième siècle de notre ère, apparaît le style "normal" ou "régulier"- 楷书. Le tracé des caractères doit suivre très strictement des règles dictant l’ordre et le sens des traits (voir paragraphe « un peu de technique »). C'est maintenant le style qui est enseigné de prime abord dans les écoles et est utilisé couramment en imprimerie.

Style régulier -  楷书 kaishu

Style régulier - 楷书 kaishu

A la même époque, se développe une "déformation" du style régulier, une façon beaucoup plus rapide mais lisible d'écrire les caractères. Il s'agit du style courant - 行书 xingshu (xing voulant dire « fluide »). C'est également, approximativement, le style qu'utilisent naturellement tous les chinois quand ils écrivent rapidement à la pointe bille ou au stylo.

Style courant - 行书 xingshu
Style courant - 行书 xingshu

Style courant - 行书 xingshu

Le style cursif, développé également sous la dynastie Han, est composé de caractères modifiés pour la notation rapide. Il est appelé "écriture d'herbe" - 草书 caoshu ( cao voulant dire « herbe ») pour sa ressemblance à des herbes balayées par le vent. C'est une écriture presque aussi difficile à déchiffrer pour les chinois que la sténographie pour les occidentaux. C'est pourtant un style qui a toujours gagné la faveur des calligraphes, sans doute parce que c'est le style le plus libre et que c’est à travers lui qu'ils arrivent le mieux à s'exprimer.

 

Style cursif  - 草书 caoshu

Style cursif - 草书 caoshu

Un peu de technique

L'écriture chinoise est composée de milliers de caractères et chaque caractère correspond à un son et à un mot. Les écoliers chinois apprennent à tracer les caractères à la plume ou à la pointe bille (calligraphie à pointe dure - 硬笔书法) mais également au pinceau (calligraphie à pointe souple转笔书法 ). Avoir une belle écriture est une marque d'éducation et de culture.

Quelque soit le style de calligraphie utilisé, le tracé des caractères doit suivre des règles très strictes (qui deviennent rapidement des réflexes, bien entendu) pour que le caractère soit lisible et équilibré.

Chaque caractère doit tenir dans un carré parfait (imaginé) et les traits doivent être tracés dans un sens et un ordre précis.

De manière générale on trace les traits dans cet ordre : d'abord le ou les traits du haut, ensuite le ou les traits du milieu, puis le ou les traits à gauche, le ou les traits à droite et en dernier le ou les traits du bas. Si un caractère est lui-même composé de plusieurs caractères de base (appelés "clé - 部首 bushou), on trace d'abord le caractère du haut (en respectant l'ordre des traits), ensuite le caractère du milieu, puis le caractère de gauche et le caractère de droite et, en dernier, le caractère du bas.

Il existe huit types de traits et environ 200 clés qui composent les 50 000 et plus caractères chinois répertoriés. Mais 4000 à 5000 caractères environ suffisent pour la langue courante.

On retrouve les huit types de traits dans le caractère yong, ci-dessous, qui veut dire "éternité", et que tous les étudiants en calligraphie chinoise connaissent immanquablement.

 

Le caractère yong - 永

Le caractère yong - 永

1. le point - dian (tracé de haut en bas)

2. le trait horizontal - heng (tracé de gauche à droite)

3. le trait vertical - shu (tracé de haut en bas)

2 + 3 et 5 + 6. le trait brisé - 横折 hengzhe (le pinceau monte vers la droite, tourne et descend vers la gauche)

3 + 4. le crochet - gou (le pinceau descend et remonte vers la gauche)

5. le trait relevé - ti (tracé de bas en haut)

6 et 7. le trait descendant vers la gauche - pie

8. le trait descendant vers la droite - na

Le cours de calligraphie

Pour commencer, on recopie inlassablement les écrits des grands maîtres estampés à partir de stèles anciennes. Ces écrits estampés sont rassemblés dans des livrets appelés 字帖 zitie, outils bien connus des apprentis calligraphes. Cet exercice qui consiste à recopier des zitie peut être pratiqué pendant des années. Il en existe un nombre incalculable reproduisant des textes anciens historiques, littéraires, philosophiques, poétiques etc… et correspondant à tous les styles de calligraphie (voir plus haut). Certains estampages sont accompagnés de conseils pour le tracé des caractères ou pour la mise en page du texte calligraphié.

 

 

Exemples de zitie - 字帖
Exemples de zitie - 字帖
Exemples de zitie - 字帖

Exemples de zitie - 字帖

La tenue du pinceau, le maintien, la concentration, le contrôle du souffle, un état d'esprit paisible, sont d'une importance capitale. On compare souvent la pratique de la calligraphie au taiqi chuan ou à la méditation.

A l'école de calligraphie de Pékin - 北京书法学校, il y a quelques années (cela n'existe plus maintenant) des cours étaient organisés le dimanche pour les amateurs. J'étais la seule femme et la seule étrangère à assister au cours. L'école n'est maintenant ouverte qu'aux étudiants..
A l'école de calligraphie de Pékin - 北京书法学校, il y a quelques années (cela n'existe plus maintenant) des cours étaient organisés le dimanche pour les amateurs. J'étais la seule femme et la seule étrangère à assister au cours. L'école n'est maintenant ouverte qu'aux étudiants..
A l'école de calligraphie de Pékin - 北京书法学校, il y a quelques années (cela n'existe plus maintenant) des cours étaient organisés le dimanche pour les amateurs. J'étais la seule femme et la seule étrangère à assister au cours. L'école n'est maintenant ouverte qu'aux étudiants..
A l'école de calligraphie de Pékin - 北京书法学校, il y a quelques années (cela n'existe plus maintenant) des cours étaient organisés le dimanche pour les amateurs. J'étais la seule femme et la seule étrangère à assister au cours. L'école n'est maintenant ouverte qu'aux étudiants..
A l'école de calligraphie de Pékin - 北京书法学校, il y a quelques années (cela n'existe plus maintenant) des cours étaient organisés le dimanche pour les amateurs. J'étais la seule femme et la seule étrangère à assister au cours. L'école n'est maintenant ouverte qu'aux étudiants..

A l'école de calligraphie de Pékin - 北京书法学校, il y a quelques années (cela n'existe plus maintenant) des cours étaient organisés le dimanche pour les amateurs. J'étais la seule femme et la seule étrangère à assister au cours. L'école n'est maintenant ouverte qu'aux étudiants..

Les Quatre Trésors du Lettré – 文房四宝 wenfang si bao

Nous avons vu que, sous la Chine impériale, le maniement du pinceau, le seul moyen utilisé à l'époque pour écrire les caractères chinois, était réservé aux « lettrés », ceux qui avaient pu faire des études.

Et le lettré, pour écrire, s'entourait d'ustensiles, souvent savamment travaillés, chefs-d’œuvre artisanaux dont le raffinement s'est développé et diversifié au long des millénaires.
Ces outils - encre, pierre à encre, pinceau, papier - choisis avec le plus grand soin et considérés avec le plus grand respect, ont été très tôt appelés les Quatre Trésors du Lettré - 文房四宝 (wenfang si bao), littéralement "les Quatre Trésors du Cabinet d'Etude". Les Quatre Trésors du Lettré sont, encore à notre époque, toujours choisis et entretenus par leurs utilisateurs avec beaucoup de soin et d’amour. Parce que la composition des "Quatre Trésors du Lettré" repose strictement sur des matières naturelles, le connaisseur qui les manipule y voit un sésame pour la relation homme-univers, cette notion d'harmonie générale qui est le fondement de la pensée chinoise.

 

 

Pinceau, pose pinceau, bâton d'encre, pierre à encre avec couvercle, godet et cuillère pour verser l'eau sur la pierre à encre, presse-papiers (barres en bronze gravées)

Pinceau, pose pinceau, bâton d'encre, pierre à encre avec couvercle, godet et cuillère pour verser l'eau sur la pierre à encre, presse-papiers (barres en bronze gravées)

Le pinceau – 毛笔 maobi

En poils de chèvre (souples), de belette (durs) ou de chèvre et de belette mélangés. Le choix de leur épaisseur, de leur longueur et de leur dureté dépend de la taille et du style des caractères que l’on veut tracer. Les pinceaux sont transportés roulés dans de petites nattes en osier et rangés de préférence suspendus la tête en bas, notamment s’ils ne sont pas secs (ils doivent être rincés après chaque utilisation). Les très grosses brosses servent à lisser et débarrasser le papier de ses impuretés. Les porte-pinceaux sont en eux-mêmes de véritables œuvres d'art.

 

La calligraphie chinoise - 中国书法
La calligraphie chinoise - 中国书法

L'encre - (mo)

Elle se présente sous forme de bâtons richement décorés. Ce bâton est composé de noir de fumée, de colle et de matières végétales. Le noir de fumée est obtenu par combustion de diverses matières (bois de sapin, huiles...) qui donnent des qualités d'encre différentes.
L'encre liquide est obtenue en frottant le bâton sur une "pierre à encre" sur laquelle on a versé un peu d'eau.

On peut acheter dans le commerce de l'encre liquide déjà toute faite, vendue dans des flacons, pratique pour l'utilisation en classe mais moins "dans les règles de l'art".

Bâtons d'encre avec leur emballage

Bâtons d'encre avec leur emballage

La pierre à encre - 砚台(yantai)

C'est sur elle qu'on délaie le bâton d'encre en le frottant dans un peu d'eau. Traditionnellement, les "pierres à encre" sont taillées dans la pierre, mais au cours de fouilles archéologiques on a découvert des encriers très anciens en jade, en laque, en métal (bronze, argent) ou en porcelaine. La pierre à encre est en elle-même un objet d’art très précieux qui attire de nombreux collectionneurs. Elle est choisie avec soin pour sa matière, son décor et la qualité de sa surface. Le moment où l'on délaie l'encre est un moment de recueillement. On  se concentre en pensant aux caractères que l'on va calligraphier ou en parcourant un livre de modèles (zitie - 字帖), c'est pourquoi je ne penche pas pour l'utilisation de l'encre toute faite (que je qualifierai de l'encre des paresseux) car elle supprime ce moment que je trouve moi-même très important.

Pierres à encre dont deux avec couvercle

Pierres à encre dont deux avec couvercle

Cette pierre à encre comporte une incrustation de jade et une chauve-souris est sculptée sur son bord et sur son couvercle. La chauve-souris porte bonheur. C'est un motif que l'on retrouve sur de nombreux bâtiments anciens notamment à la Cité Interdite à Beijing.

Cette pierre à encre comporte une incrustation de jade et une chauve-souris est sculptée sur son bord et sur son couvercle. La chauve-souris porte bonheur. C'est un motif que l'on retrouve sur de nombreux bâtiments anciens notamment à la Cité Interdite à Beijing.

Le papier - 宣纸(xuanzhi)

Son choix est aussi très étudié. Il existe toutes sortes de qualité de papier, plus ou moins absorbant,plus ou moins blanc et se présentant sous toutes sortes de taille.

Pour s'entraîner, on peut utiliser du papier plus grossier, de couleur écrue, fabriqué avec des fibres de bambou et d'un faible coût, le "maobianzhi - 毛边纸"

Pour réaliser une belle calligraphie on utilise du  "xuanzhi - 宣纸", papier fabriqué avec de la paille de riz.

Il existe aussi du papier rouge porte-bonheur pour la calligraphie des sentences parallèles du nouvel an  (les duilian - 对联), les mariages, les vœux en général.

 

 

 

Quelques feuilles de papier

Quelques feuilles de papier

A l’école de calligraphie de Pékin – 北京书法学校 – les professeurs sont « réquisitionnés » pour tracer les  duilian – 对联 qui vont être collés à l’entrée des unités de travail.

A l’école de calligraphie de Pékin – 北京书法学校 – les professeurs sont « réquisitionnés » pour tracer les duilian – 对联 qui vont être collés à l’entrée des unités de travail.

 Des adresses à Beijing :  

                                                                                                   

1. Pour acheter du matériel de calligraphie (trésors du lettré et livres de  modèles)                   

 

On peut se procurer du matériel un peu partout dans Beijing y compris dans certains grands magasins et grandes librairies, mais les lieux les plus réputés sont :

 

Dans la rue Liulichang - 琉璃厂, dans le quartier de Xuanwu - 宣武区, au sud de Hepingmen - 和平门, on trouve de nombreux d'articles pour calligraphie dont les plus anciens et célèbres sont :

           - Rongbaozhai - 荣宝斋, 19 Liulichang West st., Xuanwu district 宣武区琉璃厂西街19号 

           - Yidege - 一得阁, 44 Liulichang West st., Xuanwu district 宣武区琉璃厂西街44号  

           - Jiguge - 汲古阁, 134 Liulichang East st., Xuanwu district 宣武区琉璃厂东街134号 

           

Dans la rue du 4 mai (wusi dajie), quartier de Dongcheng, 东城区五四大街, les                            magasins d'art en face de la National Gallery - 中国美术馆  vendent tous du matériel                   pour calligraphie                                                                                                                                      

2. Pour voir des expositions de calligraphie :

 

Musée de la capitale 首都博物馆

16 Fuxingmenwaidajie, Xicheng district

西城区复兴门外大街16

 

National Gallery  中国美术馆

Wusi dajie, Dongcheng district

东城区五四大街

 

Kuai Xue Hall Calligraphy Museum 快雪堂书法博物馆

rive nord du lac à l'intérieur du Parc Beihai, Xicheng district

西城区北海公园

                      

Références de lectures :

 

« L’art chinois de l’écriture » de Jean-François Biller, éd. Skira, 2001

 

« Chinese calligraphy » de Chen Tingyou, China Intercontinental Press, 2003 (en vente au Magasin de l’Amitié - 友谊商店 ou à la librairie du Musée de la Capitale - 首都博物馆)

 

« L’écriture chinoise » de Viviane Alleton, coll. « Que sais-je ? », éd. P.U.F, 2005

La librairie du Musée de la Capitale - 首都博物馆 présente tout un choix de livres en français ou en anglais sur la calligraphie et l’écriture chinoises.

Repost 0
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 07:53

Vous apprenez le chinois ? Vous avez déjà un bon niveau et cherchez à vous perfectionner ?

Le dictionnaire chinois - français (et français - chinois) en ligne du site Chine-Informations est pour vous.

Bourré d'astuces, pratique et rapide d'utilisation, ce dictionnaire donne accès à langue chinoise de façon ludique et attractive. Riche, à ce jour, de 260 674 entrées en chinois et bien plus en français, il donne toutes les clés pour la compréhension du chinois, sa prononciation et l'écriture des caractères.

La recherche se fait indifféremment sur un mot français, sur un caractère chinois simplifié ou traditionnel (on peut le tracer avec la souris, cela demande de la pratique mais est commode quand on ne connait pas le pinyin), ou sur sa transcription en pinyin (ou sur d'autres transcriptions phonétiques occidentales).

Les caractères chinois comportent en vis-à-vis la transcription en pinyin et leur traduction en français, suivies de synonymes et de nombreux exemples d'utilisation dans la langue. Des codes couleurs, sur les caractères, indiquent le ton sur lequel ils doivent être prononcés, ce qui est, à mon sens, un très bon exercice pour l'apprentissage. (Je professe qu'il est indispensable de s'entraîner à lire les phrases en chinois à haute voix sans l'aide du pinyin.)

Une recherche sur un caractère particulier vous donnera sa prononciation audio, son radical, sa structure, son nombre de traits et la façon de le calligraphier, trait par trait.

Les propositions de synonymes et phrases d'exemples en chinois sont très nombreuses et font de ce dictionnaire un très bon outil pour l'enrichissement et l'étoffement du vocabulaire et des connaissances dans la langue.

Le dictionnaire peut, en dépannage, faire office de traducteur, mais ce n'est pas la fonctionnalité la plus pratique. Les phrases sont découpées en mots dont la traduction / définition de chacun d'eux est donnée en vis-à-vis.

A partir du dictionnaire vous avez également accès à toute une foule d'informations sur la culture et la société chinoises que diffuse le site de Chine-Informations.

 

Pour accéder au dictionnaire :

 http://www.chine-informations.com/mandarin/dictionnaire

 

Au travail, et amusez-vous bien !

Page de résultat après une recherche sur le mot "Chine" en français. La recherche peut se faire évidemment sur "Zhongguo" ou 中国 et vous obtiendrez des traductions en français

Page de résultat après une recherche sur le mot "Chine" en français. La recherche peut se faire évidemment sur "Zhongguo" ou 中国 et vous obtiendrez des traductions en français

Page suivante après avoir sélectionné un charactère ou un groupe de caractère

Page suivante après avoir sélectionné un charactère ou un groupe de caractère

Après avoir cliqué sur l'onglet "calligraphie" de la page précédente

Après avoir cliqué sur l'onglet "calligraphie" de la page précédente

Repost 0