Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2022 5 03 /06 /juin /2022 09:01

Le Yuangmingyuan 圆明园 (le jardin de la clarté parfaite), situé au nord-ouest de Beijing, est également désigné pour les visiteurs étrangers par « Ancien Palais d’Eté » ou « Old Summer Palace », après avoir été, suite à sa destruction en 1860 par des troupes franco-anglaises, remplacé par l’actuel Palais d’été ou Summer Palace, en chinois Yiheyuan 颐和园 (le jardin de l’harmonie préservée), construit en 1886 par l’impératrice Cixi.

Sa construction commença en 1707 durant le règne de l’empereur Kangxi des Qing et se poursuivit au cours des 18ème et 19ème siècles, les empereurs Qing successifs y apportant d’importantes transformations en ajoutant des palais, des lacs, des fontaines, des rivières… Aux bâtiments de styles chinois mais aussi tibétain et mongol, l’empereur Qianlong (années de règne : 1736-1795) fit rajouter des palais et fontaines d’inspiration occidentale dessinés par le Jésuite Giuseppe Castiglione et en fit sa résidence principale, d’où il gérait les affaires de l’état, la Cité Interdite ne servant qu’aux cérémonies officielles.  

Lors de la seconde guerre de l’opium, le 6 octobre 1860, ayant appris que des membres de la délégation franco-anglaise avaient été retenus dans le Yuanmingyuan et torturés par le gouvernement des Qing, James Bruce, lord of Elgin, Haut-commissaire britannique en Chine, ordonna aux troupes franco-anglaises, son pillage et sa totale destruction. De tous les bâtiments, il ne reste maintenant plus que des pierres des bâtiments de style occidental et les trésors qu’ils contenaient sont maintenant, d’après l’UNESCO, dans 47 musées à travers le monde.

Les chinois, toujours empressés de restaurer, rénover, repeindre leurs monuments, même les plus anciens, ont conservé ces ruines à titre d'exemple, et n'ont jamais rebâti les palais. La rancune n'est pas éteinte, mais Il est question qu'ils en reconstruisent certains. 

Ce pillage, à l'époque, choqua certains témoins occidentaux. Victor Hugo ne connaissait cette « merveille du monde » qu’à travers le récit des voyageurs mais, d’emblée, il prit le parti des civilisés, les Chinois, contre les barbares, et exprima son indignation, par une longue lettre du 25 novembre 1861, au Capitaine Butler lequel avait fait l’éloge de cette opération et lui demandait son avis.

J’en reproduis ici des extraits.   

« Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l’expédition de Chine. Vous trouvez cette expédition honorable et belle, et vous êtes assez bon pour attacher quelque prix à mon sentiment ; selon vous, l’expédition de Chine, faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l’empereur Napoléon, est une gloire à partager entre la France et l’Angleterre, et vous désirez savoir quelle est la quantité d’approbation que je crois pouvoir donner à cette victoire anglaise et française.

Puisque vous voulez connaître mon avis, le voici :

ll y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s’appelait le Palais d’été. (…) Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire, et vous aurez le Palais d’été. Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine, charpentez-le en bois de cèdre, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêves des mille et une nuits, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d’eau et d’écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez en un mot une sorte d’éblouissante caverne de la fantaisie humaine ayant une figure de temple et de palais, c’était là ce monument. Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations. Cet édifice, qui avait l’énormité d’une ville, avait été bâti par les siècles, pour qui ? Pour les peuples. Car ce que fait le temps appartient à l’homme. Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d’été ; Voltaire en parle. (…)

Cette merveille a disparu.

Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’été. L’un a pillé, l’autre a incendié. La victoire peut être une voleuse, à ce qu’il paraît. Une dévastation en grand du Palais d’été s’est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs. (…) Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n’égaleraient pas ce splendide et formidable musée de l’orient. Il n’y avait pas seulement là des chefs-d’œuvre d’art, il y avait un entassement d’orfèvreries. Grand exploit, bonne aubaine. L’un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l’autre a empli ses coffres ; et l’on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l’histoire des deux bandits.

Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voilà ce que la civilisation a fait à la barbarie.

Devant l’histoire, l’un des deux bandits s’appellera la France, l’autre s’appellera l’Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m’en donner l’occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais.

(…)

J’espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée.

En attendant, il y a un vol et deux voleurs, je le constate.

Telle est, monsieur, la quantité d’approbation que je donne à l’expédition de Chine. 

Victor Hugo »

 

 

 

L'ancienne résidence d'été des empereurs Qing - 38 degrés - un havre de fraîcheur.

Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮

Quelques palais de style occidental avant 1860

Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮

Ce qu'il en reste

Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Le Yuanmingyuan : civilisation contre barbarie - 北京圆明园 :文明与野蛮
Partager cet article
Repost0
22 mai 2022 7 22 /05 /mai /2022 05:22

Le canal Liangma 亮马河 liangma he, court sur 9, 3 kms, en pleine ville, dans la partie nord-est de Beijing.  C’est un tronçon qui fait partie d’un ensemble de canaux aménagés il y a plus de 700 ans, sous la dynastie des Yuan (1279-1368), pour prévenir les inondations dans Beijing. A l’époque, c’était la campagne, la ville était encore loin et celle-ci n’a gagné cet endroit du canal, avec ses premières constructions à étages, que dans les années 1980. 

Dans les temps anciens, les convoyeurs de marchandises devaient laver leurs chevaux avant d’entrer dans la capitale. Ils les baignaient dans l’eau du canal et les laissaient se  sécher sur la rive, d’où le nom originel de ce tronçon - 晾马河 liangma he - qui veut dire « la rivière où les chevaux sèchent au soleil ». Avec le temps, les gens ont modifié son nom pour le plus élégant 亮马河 - la rivière des brillants (beaux) chevaux - qui se prononce également « liangma he ». Je me rappelle que, jusqu’au début des années 1990, en dépit de la proximité de deux grands hôtels de luxe construits au cours des années 1980,  ce canal était nauséabond, l’eau noire était couverte de plantes sauvages et ses rives, abandonnées aux herbes folles, aux moustiques et aux ordures, n’attiraient aucun promeneur. Les chauffeurs de taxi, par contre, y faisaient la queue pour laver leurs véhicules. Avec l’organisation des Jeux Asiatiques au début des années 1990, un effort d’aménagement fut fait, le lit du canal nettoyé, l’eau assainie et les rives dallées. Sa  grande transformation est surtout intervenue au cours des préparatifs pour accueillir les JO de 2008. Depuis, les lieux sont devenus un lieu de promenade à pied ou à vélo (sur une voie séparée), de baignade en été comme en hiver, de détente à la terrasse de cafés et de restaurants. Longer à pied les rives du canal est une façon très agréable de traverser cette partie de la ville où se trouvent de nombreux ensembles d’habitation, les bureaux de grandes compagnies, des centres commerciaux et des ambassades d'architecture très innovante.    

Tableau : 

«  百骏图 - Cent destriers » (détail) : Peinture de Giuseppe Castiglione, nom chinois 郎世宁Lang Shining (1688-1766),  peintre jésuite envoyé en Chine pour servir comme artiste à la cour des Qing de 1715 à sa mort, en 1766. Il est enterré dans le cimetière jésuite à Beijing.

Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Le canal de Liangmahe à Beijing - 北京亮马河
Partager cet article
Repost0
15 avril 2022 5 15 /04 /avril /2022 06:03

Rien ne se perd. L'intéressant recyclage d'une vieille usine.

L’aciérie emblématique de Shougang首钢 (abréviation de 铁公司shoudu gangtie gongsi - Aciérie de la capitale), surnommée ”le géant de l’acier - 钢铁巨人 gangtie juren“, se situe à l’ouest de Beijing, dans le quartier de Shijingshan 石景山. Elle fut construite en 1919 dans un endroit encore éloigné de la ville mais, rattrappée par les immeubles d’habitation au fil des années, a été désaffectée en 2011 pour raisons de pollution. En deux ans de travaux, de 2018 à 2019, elle a été transformée en un grand parc à vocation écologique et environnementale, "le Parc industriel de Shougang -首钢工业遗址shougang gongye yizhi gongyuan", et a hébergé les épreuves de ski acrobatique aux JO d’hiver de cette année. Une fois la transformation tout à fait terminée on y trouvera un musée, un centre culturel avec cinéma et bibliothèque, des librairies (il  y a en déjà une). Il y a des espaces de restauration dont un Mc Donald (il fallait s’en douter, mais pas encore vu de Starbuck!). La chaîne d’hôtels de grand luxe Shangri-la a ouvert un immense hôtel dans d’anciens ateliers, juste avant les JO d’hiver.

Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园
Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园
Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园
Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园

La plateforme de ski acrobatique voisine les tours de refroidisssement de l'ancienne aciérie

Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园

Dans le fond, l'hôtel Shangri-la

Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园
Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园

L'arche du pont construit, en acier soudé "d'une pièce", au sud du parc, par les architectes belge Nicolas Godelet et français Bernard Viry.

Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园

Maquette du pont de Shougang 

Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园

Le slogan des JO d'hiver 2022 : "一起想未来 yiqi xiang weilai - Together for a Shared Future"

Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园
Shougang : le recyclage d'une aciérie - 首钢 :旧钢铁厂变成了公园
Partager cet article
Repost0
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 15:37

Su Shi 苏轼 (1037 – 1101), aussi connu sous son nom de lettré, Su Dongpo 苏东坡, était un homme politique de la dynastie des Song du Nord 北宋 (960-1127) surtout célèbre de nos jours pour son œuvre poétique et littéraire, ses écrits sur l'art, sa calligraphie et sa peinture. Ne mâchant pas ses mots, exprimant librement ses vues même vis-à-vis de son empereur, il passa sa vie entre postes à haute responsabilité, destitutions, réhabilitations, emprisonnements et exils. Bon vivant, il sut, cependant, en toutes occasions tirer le meilleur parti des situations même les plus difficiles. Fin gourmet, il laissa, en plus de son art, des recettes de cuisine, notamment son très célèbre « porc à la Su Dongpo 东坡肉 dongpo rou » qui fait partie de la gastronomie de Hangzhou 杭州, dans le Zhejiang 浙江, où il fut envoyé comme gouverneur. Dans la biographie de Su Dongpo qu’il publia en 1947, l’écrivain et érudit Lin Yutang 林语堂 écrit que Su Dongpo était, entre autre, « un incorrigible optimiste (...), naturellement doué pour l’humour… et son optimisme se reflètait dans son amour pour la nourriture ».

Sur l’île de Hainan 海南, à l’extrême sud de la Chine, où il fut envoyé en exil entre 1097 et 1100, Su Dongpo se fit des amis parmi l’ethnie locale des Li 黎 qui lui firent découvrir les huîtres. Dans une lettre pleine d'humour adressée à son fils, tracée au pinceau dans une très belle calligraphie de style cursif 行书 xingshu, il écrit (*) :

« Deux jours avant le solstice d’hiver, un pêcheur m’a offert des huîtres. Après en avoir détaché la chair, je l’ai faite bouillir (**) dans l’eau des huîtres avec du vin. C’était très bon. J’ai aussi choisi de grosses huîtres et les ai fait rôtir, en les mastiquant c’était encore meilleur. Est-ce que les crabes, les conches et les poulpes méritent qu’on les offre ? Ne raconte pas cela aux officiels du Nord, ils vont demander leur mutation à Hainan et je devrai partager avec eux cette merveille ».

Cette lettre fait maintenant partie des collections du musée de la Cité Interdite à Beijing.

(*) ma traduction / interprétation : le chinois ancien étant très concis demande souvent une interprétation de la succession des caractères après traduction.

(**) Encore de nos jours, les huîtres se mangent cuites en Chine. Si on veut les manger crûes il faut aller dans des restaurants français.

Les photographies sont tirées du catalogue de l'exposition consacrée à Su Dongpo au Musée de la Cité Interdite en 2021.

Transcription des pages calligraphiées 

Su Dongpo et les huîtres - 苏东坡与海蚝

Page 1

Su Dongpo et les huîtres - 苏东坡与海蚝

Page 2

Su Dongpo et les huîtres - 苏东坡与海蚝

Page 3

Su Dongpo et les huîtres - 苏东坡与海蚝

Page 4

Su Dongpo et les huîtres - 苏东坡与海蚝

Page 5

Su Dongpo et les huîtres - 苏东坡与海蚝

Pour en savoir plus sur Su Dongpo

Et sur Lin Yutang

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 05:08

Le 4 février était le jour du Lichun 立春, c'est à dire le premier jour du Printemps d'après le calendrier solaire chinois, à ne pas confondre avec la Fête du Printemps (le nouvel an asiatique) qui tombait cette année le 1er février et dont le jour s'aligne sur le calendrier lunaire. 

L'année solaire chinoise se divise en 24 périodes solaires, de quinze jours chacune en moyenne, appelées "souffles" Qi - 气 ou Jieqi - 节气". Ces 24 "Qi" sont répartis en deux catégories qui s'alternent au cours de l'année : douze "jie - 节" et douze "zhong - 中". Les solstices et les équinoxes sont des "zhong" et les débuts des quatre saisons sont des "Jie". L'année solaire commence au solstice d'hiver qui est un "zhong". 

Le "Lichun", quatrième "Qi" de l'année, est donc un "Jie" et marque en Chine le début du Printemps. Il commence quand le soleil atteint 315 degrés de longitude et se termine quand il atteint la longitude de 330 degrés. Cette année, il a commencé le 4 février et s'est terminé le 19 février.

Chaque "Jie" ou "Jieqi" se divise en 3 périodes, les "Hou 候", de cinq ou six jours. Les "Hou" du "Lichun" sont : 

1. 东风解冻 dong feng jie dong - le Vent d'Est fait fondre la gelée

2. 蛰虫始振 zhechong shi zhen - le réveil des insectes (texto : les insectes qui dormaient commencent à se secouer)

3. 鱼上冰 yu shang bing - les poissons remontent jusqu'à la glace

A partir de "lichun", les températures remontent petit à petit, le soleil commence à chauffer et les pékinois ressortent sur le pas de leur porte pour apprécier ses rayons. 

Le "lichun" à Beijing - 北京的立春
Le "lichun" à Beijing - 北京的立春
Le "lichun" à Beijing - 北京的立春
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 13:58

A 120 kms au nord-est de Beijing, le village de Gubeishuizhen -古北水镇 (le village d’eau de Gubei), partiellement restauré et partiellement construit de toute pièce sur le modèle des villes d’eau du sud du Yangtsé a été ouvert au public en 2014 après quatre ans de travaux. Ce village est essentiellement à vocation touristique et de villégiature. Situé au pied du site de Simatai 四马台 de la Grande Muraille, le long d’un petit cours d’eau, toutes ses bâtisses sont construites suivant l’architecture de la dynastie des Ming - 明 (1368-1644), des Qing - 清 (1644-1911) et de l’époque de la République - 民国 Minguo (1911-1949). On s’y rend pour faire du tourisme le temps d’une journée ou d’un week-end, grimper sur la Grande Muraille, passer quelques jours de vacances, participer à des séminaires ou à des stages culturels variés. Le village étant interdit à tout véhicule, on laisse sa voiture dans un parking à l’entrée du village et des navettes électriques qui circulent tout autour vous déposent aux nombreux accès. Les hôtels aux chambres soignées et jolies, les restaurants de cuisines chinoises variées, mais aussi les cafés et les gargottes ne manquent pas, tous emménagés dans des maisons de style traditionnel.

J’étais dubitative et méfiante sur ce à quoi pouvait ressembler, dans la Chine actuelle qui ne brille pas toujours par son bon goût, un « faux » village, et j’ai été heureusement surprise. Tout y est beau et a l’air parfaitement authentique. Dépaysement assuré.

Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇

Et parce que c'est Noël, un Père-Noël local fait des brochettes... Une concession probablement faite au tourisme, car une  récente règlementation imposée par les autorités interdit toute évocation publique des fêtes qui ne sont pas chinoises (sic...)

Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇

On a marché longtemps et par grand froid.  En fin de journée, on prélasse ses pieds fatigués et gelés dans une source chaude naturelle. 

Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Gubeishuizhen, un village au pied de la Grande Muraille - 在长城脚下的古北水镇
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2021 2 21 /12 /décembre /2021 03:04

Le village du thé de Longwu - 龙坞茶镇 longwu cha zhen

Ce village se situe à Hangzhou, dans le district du Lac de l’Ouest, 西湖Xihu, à 15 kilomètres du centre ville. Les plantations de thé y ondulent à perte de vue. Ce village écologique, centré sur la culture et la protection du thé, est un lieu ouvert aux touristes qui souhaitent se promener parmi les champs de thé mais aussi un terrain d’étude pour les curieux qui souhaitent tout apprendre sur la culture du thé. On y découvre les plantations de thé de Longjing et de thé Jiu Qu Hong Mei

 

Le thé de Longjing - 龙井茶longjing cha ou thé du Puits du Dragon est une variété de thé vert originaire du village homonyme près de Hangzhou, province du Zhejiang. Avec le Lac de l’Ouest -  西湖 xihu, il a fait la célébrité de la ville de Hangzhou. Il est cultivé essentiellement à la main et est renommé pour sa très grande qualité. Le climat doux, tempéré et humide de la région de Hangzhou donne un terroir particulièrement propice à l’optimisation du parfum de ce thé qui lui vaut de figurer sur la liste des 10 « China Famous Teas - 中国十大名 Zhongguo da ming cha».

 

Le thé Jiu Qu Hong Mei - 九曲红梅 ou  « Red Plum » Black Tea ou encore Thé noir de Lonjing龙井茶lóngjǐng hong chá est un thé réputé et rare cultivé dans les environs de Hangzhou depuis 1926. On l’appelle « Red Plum » à cause de sa couleur rouge prune.

 

 

 

 

 

 

Le village du thé de Longwu à Hangzhou - 杭州龙坞茶镇
Le village du thé de Longwu à Hangzhou - 杭州龙坞茶镇
Le village du thé de Longwu à Hangzhou - 杭州龙坞茶镇
Le village du thé de Longwu à Hangzhou - 杭州龙坞茶镇
Le village du thé de Longwu à Hangzhou - 杭州龙坞茶镇
Partager cet article
Repost0
8 décembre 2021 3 08 /12 /décembre /2021 04:04

Hangzhou 杭州, capitale de la province du Zhejiang 浙江, est située au sud du Delta du fleuve Yangtsé 长江. La ville longe les rives du Lac de l’Ouest 西湖xihu, d’une circonférence de 15 kms, entouré de montagnes aux nombreux temples et pagodes.  Le Lac de l’Ouest, qui a fait la réputation de Hangzhou, inspire poètes et peintres depuis le 9ème siècle.  Le parc paysager du Lac de l’Ouest 杭州西湖风景名胜区a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2011.

Deux très grands poètes de la Chine ancienne, Bai Juyi白居易(772-846), de la dynastie des Tang 唐,et Su Shi 苏轼- nom de lettré Su Dongpo苏东坡-(1037-1101), de la dynastie des Song , ont été tous deux gouverneurs de Hangzhou. En tant que tels ils ont, chacun à son époque, réalisé d’importants travaux d’amélioration des rives et de l’eau du lac, mais ce sont les nombreuses poésies que le lac leur a inspirées qui sont restées célèbres à travers les siècles. Un autre très célèbre admirateur du Lac de l’Ouest fut Ouyang Xiu 欧阳修(1007-1072), politicien, historien, poète et calligraphe de la dynastie des Song auquel il consacra de nombreux poèmes.

 

Su Dongpo 苏东坡

1.

Ecrit ivre le 27ème jour du 6ème mois au pavillon d’où j’ai vue sur le lac

Pas encore retiré, je recherche cependant la vie tranquille,

Une longue retraite vaut mieux qu’une courte. 

Sans toit sous lequel m’installer en paix,

Mon pays natal n’a pas de lac ni de montagnes aussi beaux.

 

六月二十七日望湖楼醉书

未成小隐聊中隐,可得长闲胜暂闲。

我本无家更安往,故乡无此好湖山

 

 

Liu yue er shi ai ri wang hu lou zui shu 
Wei cheng xiao ying liao zhong ying, ke dei chang xian sheng zan xian
Wo ben wu jia geng an zhu, gu xiang wu ci hao hu shan

                                                                                                                                 

                                                                                                                         (Traduction : Jilian 吉莲)

L’ivresse est un état récurrent dans les poésies de Su Dongpo. Elle reflète ici le sentiment d’incertitude et de regret de celui qui arrive à la fin de sa mission et doit quitter un lieu qu’il aime. 

 

Le Lac de l'Ouest à Hangzhou en poésies - 杭州西湖之诗歌
Le Lac de l'Ouest à Hangzhou en poésies - 杭州西湖之诗歌

Su Dongpo 苏东坡

2.

Buvant près du lac : beau temps suivi par la pluie

Claire et lumineuse  l’onde sous le soleil,

Magiques les montagnes voilées de la pluie.

Lac de l’Ouest et Dame de l’Ouest peuvent se comparer,

Légère poudre ou fard épais leur pareillement convient.

 

饮湖上初晴後雨

水光潋滟晴方好,山色空濛雨亦奇。

欲把西湖比西子,淡妆浓抹总相宜

 

yǐn hú shàng chū qíng hòu yǔ
shuǐ guāng liàn yàn qíng fāng hǎo ,shān sè kōng méng yǔ yì qí
yù bǎ xī hú bǐ xī zǐ,  dàn zhuāng nóng mǒ zǒng xiāng yí

 (Traduction : Jilian 吉莲)

La légende veut que le Lac de l’Ouest soit une réincarnation de Xishi (Dame de l’Ouest), une des quatre beautés de la mythologie chinoise dont la beauté détruisit une armée et conduisit un royaume à sa ruine. Ici Su Dongpo évoque non seulement la beauté physique du lac mais également sa sensualité.

                                                                                                         

Le Lac de l'Ouest à Hangzhou en poésies - 杭州西湖之诗歌
Le Lac de l'Ouest à Hangzhou en poésies - 杭州西湖之诗歌

Bai Juyi 白居易

Printemps sur le lac (extrait)

Le printemps est là, le lac comme une image peinte, sommets rebelles le long des rives, eau tranquille et étale.                                                              

Pins rebelles en rang sur les pentes des montagnes,  mille couches émeraude, la lune brille sur le coeur des vagues, perle unique.                                 

Fils d’un tapis bleu-vert, tiges du riz précoce arrachées, ceinture d'une jupe verte en damas, étendue de jeunes roseaux.                                                         

Je ne peux toujours pas me résoudre à quitter Hangzhou, la moitié de ce qui me retient est sur ce lac.                                                       

 

春题湖上

湖上春来似画图,乱峰围绕水平铺。
松排山面千重翠,月点波心一颗珠。

碧毯线头抽早稻,青罗裙带展新蒲。
未能抛得杭州去,一半勾留是此湖。

 

Chun ti hu shang                                                                                                                                                        

Hu shang chun lai si hua tu, luan feng wei rao shui ping pu.
Song pai shan mian qian chong cui, yue dian po xin yi ke zhu. 
Bi tan xian tou chou zao dao, qing luo qun dai zhan xin pu.

Wu neng pao dei Hangzhou qu, yi ban gou lliu shi ci hu.

 

                                                                                                                                     (Traduction : Jilian 吉莲)

Le Lac de l'Ouest à Hangzhou en poésies - 杭州西湖之诗歌
Le Lac de l'Ouest à Hangzhou en poésies - 杭州西湖之诗歌

Ouyang Xiu 欧阳修 

 

De la série “La cueillette du mûrier”  採桑子 Cai sangzi

Un bateau peint transportant du vin

Un bateau peint transporte du vin - le Lac de l’Ouest est agréable,
 rythme empressé et foisonnant des flûtes et des cordes.

On se passe rapidement une coupe de jade.

Flottant paisiblement sur les eaux calmes je m’endors ivre.

Les nuages avancent sous le bateau en mouvement,                                                                l’eau est transparente et fraîche.

Je regarde en haut et en bas, je m’attarde.

Je soupçonne que dans ce lac il y a un autre Ciel.

                     

画船载酒西湖好

画船载酒西湖好,急管繁弦。

玉盏摧传。

稳泛平波任醉眠。

行云却在行舟下,空水澄鲜。

俯仰留连。

疑是湖中别有天。

 

Huà chuán zài jiǔ xīhú hǎo           

Huà chuán zài jiǔ xīhú hǎo, jí guǎn fán xián. 

Yù zhǎn cuī chuán,

Wěn fàn píng bō rènzuìmián.                                                                                                                    

Xíng yún què zài xíng zhōu xià, kōng shuǐ chéng xiān. 

Fǔyǎng liúlián. 

Yí shì hú zhōng bié yǒu tiān.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        (Traduction : Jilian 吉莲)

Le Lac de l'Ouest à Hangzhou en poésies - 杭州西湖之诗歌
Le Lac de l'Ouest à Hangzhou en poésies - 杭州西湖之诗歌
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2021 1 15 /11 /novembre /2021 07:44

On a la chance, en habitant Beijing, d'être à entre une et deux heures de route de nombreux accès à la Grande Muraille. C'est un terrain de jeu formidable pour les randonneurs, tout en montées et descentes bien raides qui suivent les lignes de crêtes. On y revient souvent et le paysage n'est jamais le même.... Le spectacle est magique. De retour de deux jours passés à chevaucher sur 25 kms, ce "dragon qui ondule sur la montagne", entre les sites de Jinshanling - 金山岭 Jinshanling et de Gubeikou - 古北口. Pluie diluvienne le premier jour et soleil le deuxième.

La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
La Grande Muraille, quand elle pleure et quand elle rit - 哭笑着的长城
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 16:15

Le 1er octobre, c’est une foule dense et patiente qui a envahi la Place Tian’an Men à Beijing pour célébrer les 72 ans de la RPC. Essentiellement des provinciaux, les pékinois profitant d’une semaine de congés pour aller respirer un autre air, ailleurs en Chine. Ils portent le nouveau masque sanitaire dernier cri, arborant le slogan “我爱你中国 (Chine, je t’aime) ” aux couleurs jaune et rouge du pays, dont la mode a été lancée par l’équipe des sportifs chinois aux JO de cet été. Ils ont tout intérêt à l’aimer, leur Chine, puisqu’ils n’ont, pour ainsi dire, plus le droit d’en sortir. Le pays se replie sur lui-même et ceux des 老百姓 laobaixing (les citoyens lamba) qui détiennent un passeport n’ont plus le droit de le renouveler. Quant aux étrangers, tout est fait pour les empêcher de venir ou de rester. Les élans de patriotisme sur la place m’ont paru tièdes par rapport aux années précédentes. Même le portrait de Mao, repeint régulièrement, a pris quelques cernes qu’il n’avait pas auparavant. Fait curieux, les 100 ans du Parti communiste chinois fêtés cette année, et dont les médias et les officiels nous rebattent sans cesse les oreilles, ne sont pas évoqués sur la place. Ce ne sont plus que les enfants qui agitent le drapeau rouge, les adultes, quant à eux, en posant devant le traditionnel bouquet d’anniversaire “祝福祖国 (Meilleurs vœux à la patrie) demandent à cette patrie plus d’argent.

La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
La RPC fête ses soixante-douze ans - 中国七十二周年
Partager cet article
Repost0