Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 02:51

Beijing, Mardi 16 octobre 2007 – 北京20071016日星期二


Un vieux métier : rémouleur  
老行业 : 磨刀人

  undefined



Il va le long des ruelles ou d’une cour d’immeuble à l’autre... D’une main il pousse son vélo portant tabouret, établi et pierre à aiguiser, de l’autre il agite un faisceau de petites lames de métal qui, en frottant les unes contre les autres, produisent un « schrink  schrink » bien significatif. Il n’a pas besoin de crier pour s’annoncer. Au son métallique, tout le monde sait que le rémouleur passe. Et de sortir de chez soi avec couteaux et ciseaux pour les lui donner à aiguiser. 


Gravure tirée d’un livre intitulé 十九世纪三百六十行 360 métiers du 19ème sièclequi représente un rémouleur

R--mouleur-dessin.jpg

 

 



Un petit flash sur LE couteau de cuisine chinois


Couteau.jpg


Il s’apparente plutôt à un couperet. Il a sa place dans toutes les cuisines de Chine, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. Tout chinois qui fait un tant soit peu la cuisine sait s’en servir. Il s’en sert pour débiter les gros morceaux de viande, couper en cubes des poulets entiers avec les os mais aussi pour hâcher très fin de l’aïl ou du coriandre. A l’occasion, le couteau peut aussi servir à couper de la ficelle, enfoncer un clou, visser une vis et... intimider un gêneur. Quand les coups répétés et rapides de la lame sur la planche à découper - tac tac tac tac tac - se font entendre d’une fenêtre à l’autre, d’une cour à l’autre, on sait que l’on approche de l’heure du repas.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 12:03
Beijing, Jeudi 11 octobre 2007 – 北京,2007年10月11日星期四



Et c'est ainsi que beaucoup de chinois vivent ....


Beijing, Marché Sihuan – 北京四环市场
 
March---Sihuan.1-Aout2007-copy.jpg




March---Sihuan.4-Aout2007.jpg

 




Enfant-March---Sihuan.2bis-Sept2007.jpg





Enfant-March---Sihuan.3bis.jpg


Originaire du Hebei, une province limitrophe de Beijing, et établie à Beijing depuis dix ans, Madame Liu tient, avec son mari, une boutique de céréales sur le marché Sihuan - si l’on peut appeler « boutique » le réduit de 6m2, ouvert à tous les vents, dans lequel elle entasse sacs de riz, de farine, de graines de soja et de croquettes pour chiens et chats, bouteilles d’huile, paquets de nouilles et cageots d’oeufs. Son mari s’occupe surtout des livraisons aux restaurants (ils ont pu acheter une petite camionnette) et elle, de la vente. Une fois payé le loyer de la « boutique » de 2000 yuans par mois (le salaire moyen à Beijing est de 1500 yuans), ils disposent, à eux deux, d’un revenu mensuel qui varie entre 2000 et 3000 yuans. C'est loin d'être confortable, mais  elle ne se plaint pas. D'autres sont beaucoup plus mal lotis. Ce qu'elle trouve dur c'est que, pour arriver à gagner ça, ils travaillent 7 jours sur 7, de 7h du matin à 7h du soir avec trois semaines seulement de repos par an pris pour aller passer la Fête du Printemps (le nouvel an chinois) en famille dans le Hebei. Leur fils de 8 ans vient tous les jours à la "boutique", après l’école.  Et, en toute saison, il fait ses devoirs dehors sur un cageot retourné.


Partager cet article
Repost0
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 10:15

Beijing, Samedi 6 octobre 2007 – 北京, 2007 106日星期六


Le réparateur de vélos - 修车






R--parateur-de-v--los.1-1988.jpg







Reparateur-de-velos.2-Aout2007.jpg






Reparateur-de-velos.1-sept2007.jpg






Reparateur-de-velos.1-Aout2007.jpg
A l'occasion, recolle aussi les semelles de chaussures


Bien que le parc automobile augmente à Beijing de façon vertigineuse (plus de 350 000 véhicules par an) et ait dépassé le nombre de 3 millions de véhicules, la « petite reine » n’en est pas pour le moins détrônée. Elle conserve ses adeptes, pour des raisons économiques ou pratiques, surtout. Mais il y a aussi ceux qui pédalent pour le plaisir. La notion de préférer, le vélo à l’auto, quand on le peut, pour protéger l’environnement commence tout juste à faire une entrée très timide sur les ondes et dans les esprits.

Quoiqu’il en soit, il en est un qui reste indispensable et omniprésent le long des rues de Beijing : le réparateur de vélos. 
Une caisse à outils bien garnie, une bassine d’eau pour détecter les fuites, une pompe, une petite carriole pour transporter le matériel,  quelques connaissances en mécanique, ne pas avoir peur de se graisser les doigts, une pancarte « 
修车 » (réparation de vélos) que l’on accroche au-dessus de l’emplacement choisi et autorisé (attention, il y a des règles) et voilà, on est un réparateur de vélo. 
Et on ne chôme pas. Il y en a toujours un qui crève, qui a perdu une pédale, qui vient louer la pompe pour regonfler une roue, qui veut changer son couvre selle ou dont le vélo fait cling et clang sans savoir d’où ça vient ... Et puis, avec les nouvelles modes, il y a les rollers, les planches à roulettes, les vélos électriques que l'on vous donne quelquefois à réparer (sans parler des chaussures pour dépanner un fidèle client). 
Et quand il y a une pause, il y a toujours des gens de passage pour faire un brin de causette. Bref, un métier qui ne se perd pas.

Quant aux cyclistes, dont je suis, ils sont super heureux de les trouver partout sur leur chemin pour les tirer d’affaire en un tour de main,  pour une bouchée de pain (mais comment font-ils pour vivre ?) et avec le sourire.

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2007 5 14 /09 /septembre /2007 02:48
Beijing, Jeudi 13 septembre 2007 - 北京, 2007913日星期四

«Le petit trésor de la famille» - 家庭宝贝

 
Pile – 假相

Liaoyang-classe.bis.1998.jpg

sur le tableau noir :
à la patrie j'offre un coeur loyal
aux gens j'offre un coeur solidaire
à la société j'offre un coeur aimant
à mes parents j'offre un coeur respectueux
mais mon coeur tout entier, je le garde pour moi

 

Face - 真相

Bibliotheque-de-la-Capitale.1-Avril2007.jpg

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 18:23
Beijing, Lundi 11 septembre 2007 - 北京,2007911日星期一

 

Un combat contre des ombres avec des éventails

Leçon de Taijishan (le Taiji à l'éventail) – 太极扇


Beijing, Lac de Houhai, rive sud

Gens-Taijishan.1-sept2007.jpg




Gens-Taijishan.2-sept2007.jpg


Le Taijishan - 太极扇, ou Taiji à l'éventail, est une variante du Taijiquan - 太极拳, lequel se pratique à mains nues.  Les autres variantes sont le Taijijian - 太极剑 ou Taiji à l'épée et le Taijigun - 太极棍 ou Taiji au bâton. Ils se classent dans la famille des arts martiaux chinois internes.
Ainsi donc, ces gestes lents et fluides, ces grands mouvements circulaires que l'on trace dans l'air seraient donc redoutables face à un adversaire ?
La légende veut que le Taijiquan ait été créé par un moine taoiste expert en arts martiaux, Zhang Sanfeng - 张三峰, mort au début de la dynastie Ming (fin du 14e siècle), suite à l'observation du combat entre une grue et un serpent à l'issue duquel le serpent prit le dessus. Celui-ci esquivait les coups secs et droits de l'oiseau par des mouvements souples, sinueux, lents et ininterrompus, pour ensuite contre-attaquer avec une rapidité foudroyante. Zhang Sanfeng en conclut que des mouvements circulaires et ininterrompus sont préférables aux mouvements droits et saccadés et que souplesse et flexibilité l'emportent sur force et dureté.
Le Taijiquan et toutes ses variantes,  qui mettent l'accent sur la maîtrise de la respiration et visent à harmoniser le Qi (l'énergie vitale), sont beaucoup pratiqués en Chine comme une gymnastique énergétique douce. Ils se pratiquent au petit matin et en plein air. Le Taijishan  est plutôt pratiqué par les femmes. Attention à leur coup d'éventail !

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 16:04
Beijing, Vendredi 7 septembre 2007 – 北京,200797日星期五

 

Un vieux métier – 老行业

 

Ce colporteur vend des couettes en étoupe de coton sur lesquelles il coud une doublure en tissu, couleur et qualité au choix du client. Un vieux métier de rue qui a tendance à se perdre depuis que l’on trouve dans les magasins, des couettes en nylon ou en duvet, ainsi que les housses adaptées, déjà toutes faites. Il est repris par les paysans venus travailler à Pékin pour fuir la misère des campagnes. A la campagne, ce style de couverture est encore très répandu.

 

 

Gens-Jiagong-Beitao-aout2007ter.jpg



Gravure du 19e siècle tirée d’un livre intitulé
“十九世纪三百六十行” (360 métiers du 19ème siècle, en Chinequi représente un marchand de rue vendant des couettes. 

360-Professions-in-China.1.jpg

                       

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 14:52
 Beijing, Vendredi 31 août 2007 - 北京,2007 年8月31日星期五

 

 La balade des Piou-Piou - 遛鸟

Beaucoup de chinois ont pour passion (le mot n'est pas trop fort) les oiseaux chanteurs qu'ils élèvent
dans des cages et vont promener dans les parcs. Ils les accrochent à des branches d'arbres pour les écouter chanter. Le choix de l'heure et celui de l'emplacement, qui varie avec les oiseaux, sont très importants pour la qualité de leur chant. Leur alimentation et  leur sommeil sont également essentiels pour que l'oiseau donne le meilleur de lui-même quand il chante. La proximité de mauvais chanteurs est redoutable. Si plusieurs oiseaux sont accrochés sur le même arbre, on les fait chanter à tour de rôle. Pour cela, il suffit de couvrir d'une housse, la cage de ceux dont ce n'est pas le tour de chanter. Compte-tenu de l'attention et du temps que demandent ces Caruso à plumes, ce passe-temps est surtout celui des retraités. Mais tout le monde peut en profiter, et, se promener dans un parc à  l'heure de la sortie des Piou-Piou est un vrai régal pour les oreilles.


Avenue Chang An - 长安大街






Oiseau-1990.jpg



Gulou dongdajie - 鼓楼东大街




Jingshan dongdajie - 景山东大街
Beijing-Hommes-avec-cage.septembre2007.jpg

Partager cet article
Repost0
29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 07:00

Beijing, Mardi 28 août 2007 - 北京,2007828日星期二

 

 

90 ans en 2007

Que voit-on au fond du regard de cet homme ?

Gens-Vieil-homme-a-l-oiseau---1989.jpg

les seigneurs de la guerre, leur mafia et la famine

les femmes aux pieds bandés et les mariages arrangés

le régime fascisant du Guomindang

la guerre sino-japonaise

le conflit entre Guomindang et communistes

l’avènement de la République Populaire de Chine

les campagnes d’épuration des années 1950

le Grand Bond en avant et, à nouveau, la famine

la Révolution Culturelle

la politique de l’enfant unique

l’ouverture vers l’Occident

la montée du capitalisme

l’essor de l’automobile et la consommation à tout va

la préparation pour les JO 2008

et, peut-être, la démolition de sa maison au centre de Pékin

et un déménagement forcé dans la banlieue…


Partager cet article
Repost0
26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 07:11

Bon ! C’est pas simple ! Je rencontre plein de problèmes techniques. Pourquoi d’un ordinateur à l’autre le fond n’est pas de la même couleur ? Pourquoi, alors qu’elle n’est pas terminée ma page est déjà envoyée tous azimuts ? Pourquoi les photos n’apparaissent pas ? Pourquoi les lettres ne se mettent pas de la couleur que je veux ?  Bref, mille excuses mais je crois qu’il va y avoir encore quelques coups fourrés avant que je m’habitue à l’outil.

 

 

Samedi 25 août 2007 – 2007 85日星期六


Vingt ans déjà !  已经过了二十年了!

 

 

1987

 

Lecteurs-de-journaux-1987.jpg



 2007

 

Lecteurs-de-journaux---aout2007.jpg


En 1987, seul le Quotidien du Peuple
(人民日报 ) organe du Parti Communiste Chinois  était affiché. En 2007, tous les journaux chinois sont accessibles sur de nombreux grands axes. De nouveaux panneaux d’affichage ont été installés, il y a un an,  par JC Decaux.

 

Partager cet article
Repost0
23 août 2007 4 23 /08 /août /2007 16:22
Mercredi 22 août 2007 -  年8月22日星期三


Bon appétit !

Dia-Beijing-File0043.jpg

Dia-Gens-File0021.jpg   

 
Les raviolis sont un des plats traditionnels pékinois. Ce sont comme des petits sachets faits à base de farine de blé et farcis de viande et de légumes. On les mange bouillis et assaisonnés de vinaigre chinois et, éventuellement, de sauce de soja. Les raviolis ont, avec les nouilles, également une tradition pékinoise, été importés en Italie par Marco Polo.

Raviolis-copie-2.jpg   
Partager cet article
Repost0