Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 15:58

Un havre de paix dans les montagnes du Sichuan : le

temple tibétain de Munigou.

Beaucoup de religions ont une iconographie très riche et un usage prononcé de symboles. Cela s'explique, à mon sens, parce que les religions s'adressaient, autrefois, à des populations majoritairement illétrées.

Le bouddhisme n'échappe pas à la règle et manifeste une volonté de faire comprendre les choses spirituelles par l'image.

Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Huit stupas (ou dagobas). Le stupa fut, à l'origine, un monument destiné à recueillir les cendres du Bouddha et, plus tard, celles des grands saints. Le stupa est, par la suite, devenu un monument commémoratif. Ces huit stupas évoquent chacun un évènement important dans la vie du Buddha.

Huit stupas (ou dagobas). Le stupa fut, à l'origine, un monument destiné à recueillir les cendres du Bouddha et, plus tard, celles des grands saints. Le stupa est, par la suite, devenu un monument commémoratif. Ces huit stupas évoquent chacun un évènement important dans la vie du Buddha.

Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Les symboles de félicité, de gauche à droite : l'ombrelle, symbole de la protection contre la "chaleur des souillures" et, donc, des bonnes attitudes mentales qui protègent des dangers extérieurs ; les poissons d'or représentent les deux rivières sacrées de l'Inde, le Gange et la Yamuna ; le vase contient la connaissance ; le lotus, fleur magnifique qui naît dans les eaux vaseuses, symbolise la pureté ; la conque blanche symbolise la gloire de l'enseignement du bouddha ; le noeud éternel représente l'interdépendance de tous les phénomènes, l'entrelacement des évènements, de leurs causes et des conséquences ; la bannière de la victoire symbolise la victoire de la connaissance et l'accession au bonheur ; la roue du dharma représente l’enseignement du  Bouddha et sa diffusion.

Les symboles de félicité, de gauche à droite : l'ombrelle, symbole de la protection contre la "chaleur des souillures" et, donc, des bonnes attitudes mentales qui protègent des dangers extérieurs ; les poissons d'or représentent les deux rivières sacrées de l'Inde, le Gange et la Yamuna ; le vase contient la connaissance ; le lotus, fleur magnifique qui naît dans les eaux vaseuses, symbolise la pureté ; la conque blanche symbolise la gloire de l'enseignement du bouddha ; le noeud éternel représente l'interdépendance de tous les phénomènes, l'entrelacement des évènements, de leurs causes et des conséquences ; la bannière de la victoire symbolise la victoire de la connaissance et l'accession au bonheur ; la roue du dharma représente l’enseignement du Bouddha et sa diffusion.

Moulins à prière. Ils se présentent sous forme de cylindres de bronze verticaux tournant autour d'un axe et à l'intérieur desquels on a glissé des mantras (prières bouddhiques). Les fidèles se déplacent le long de moulins en les faisant tourner de la main droite les uns après les autres et dans le sens des aiguilles d'une montre (pour que les mantras soient "lus" dans le sens de l'écriture). En tournant, le moulin envoie ses mantras dans les airs, comme si ils étaient prononcés.

Moulins à prière. Ils se présentent sous forme de cylindres de bronze verticaux tournant autour d'un axe et à l'intérieur desquels on a glissé des mantras (prières bouddhiques). Les fidèles se déplacent le long de moulins en les faisant tourner de la main droite les uns après les autres et dans le sens des aiguilles d'une montre (pour que les mantras soient "lus" dans le sens de l'écriture). En tournant, le moulin envoie ses mantras dans les airs, comme si ils étaient prononcés.

Deux des quatre Devarajas, protecteurs du monde et des quatre horizons. A gauche, Mi-mi Sang, "Celui qui a l'oeil mauvais", siège à l'ouest, est de couleur rouge, a l'air courroucé, a comme attribut le serpent pour signifier qu'il est le "Maître des Najas", les défenseurs de la loi bouddhique. A droite, Nam Ths Sy, "Celui qui entend tout", siégeant au nord, de couleur jaune, est à la tête des Yaksha, les génies de la nature

Deux des quatre Devarajas, protecteurs du monde et des quatre horizons. A gauche, Mi-mi Sang, "Celui qui a l'oeil mauvais", siège à l'ouest, est de couleur rouge, a l'air courroucé, a comme attribut le serpent pour signifier qu'il est le "Maître des Najas", les défenseurs de la loi bouddhique. A droite, Nam Ths Sy, "Celui qui entend tout", siégeant au nord, de couleur jaune, est à la tête des Yaksha, les génies de la nature

Les deux autres Devarajas. A gauche, Yulkor-Rung, "Celui qui maintient le royaume de la Loi", siège à l'est, est de couleur blanche (symbole de pureté) et joue de la vina, un instrument à sept cordes métalliques, avec deux caisses de résonance et un long manche. A droite, Pha Kye Po, "Le grand homme", à l'aspect terrible, siège au sud, est de couleur noire, porte une épée de la main droite et règne sur les géants.

Les deux autres Devarajas. A gauche, Yulkor-Rung, "Celui qui maintient le royaume de la Loi", siège à l'est, est de couleur blanche (symbole de pureté) et joue de la vina, un instrument à sept cordes métalliques, avec deux caisses de résonance et un long manche. A droite, Pha Kye Po, "Le grand homme", à l'aspect terrible, siège au sud, est de couleur noire, porte une épée de la main droite et règne sur les géants.

Ces quatre animaux placés les uns sur les autres symbolisent la coopération fructueuse entre différentes générations et le respect pour les anciens. Cette peinture s'inspire d'une légende bouddhique dans laquelle quatre animaux discutaient pour savoir qui était le plus âgé. L’éléphant dit que l’arbre sous lequel ils se trouvaient était déjà chargé de fruits quand il était né, le singe dit qu'à sa naissance l’arbre était bourgeonnant, le lapin avait vu l’arbre lorsque celui-ci n’était qu’une jeune pousse et l’oiseau déclara qu’il avait transporté la graine de l’arbre. Les trois autres animaux admirent que l’oiseau était le plus âgé d'entre-eux et, en conséquence, le plus digne de respect. Ils se placèrent l’un sur l’autre selon leur âge afin de s’aider à profiter des fruits de l’arbre en toute harmonie.    Autour de la peinture, la "Svastika" qui laisse lieu à plusieurs interprétations. Elle serait d'origine mésopotamienne et représenterait la rotation, et donc le soleil, les comètes, et, de manière symbolique, la vie et l’éternel recommencement. Elle symbolise, dans le Bouddhisme, l’éternité. (Les nazis l'ont rendue tristement célèbre. Je croyais jusqu'à ce voyage que la "croix gammée" des nazis avait les branches tournées dans l'autre sens. J'ai dû me rendre à l'évidence. La Svastika du bouddhisme et la croix des nazis est la même.

Ces quatre animaux placés les uns sur les autres symbolisent la coopération fructueuse entre différentes générations et le respect pour les anciens. Cette peinture s'inspire d'une légende bouddhique dans laquelle quatre animaux discutaient pour savoir qui était le plus âgé. L’éléphant dit que l’arbre sous lequel ils se trouvaient était déjà chargé de fruits quand il était né, le singe dit qu'à sa naissance l’arbre était bourgeonnant, le lapin avait vu l’arbre lorsque celui-ci n’était qu’une jeune pousse et l’oiseau déclara qu’il avait transporté la graine de l’arbre. Les trois autres animaux admirent que l’oiseau était le plus âgé d'entre-eux et, en conséquence, le plus digne de respect. Ils se placèrent l’un sur l’autre selon leur âge afin de s’aider à profiter des fruits de l’arbre en toute harmonie. Autour de la peinture, la "Svastika" qui laisse lieu à plusieurs interprétations. Elle serait d'origine mésopotamienne et représenterait la rotation, et donc le soleil, les comètes, et, de manière symbolique, la vie et l’éternel recommencement. Elle symbolise, dans le Bouddhisme, l’éternité. (Les nazis l'ont rendue tristement célèbre. Je croyais jusqu'à ce voyage que la "croix gammée" des nazis avait les branches tournées dans l'autre sens. J'ai dû me rendre à l'évidence. La Svastika du bouddhisme et la croix des nazis est la même.

Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺
Le temple de Munigou - 牟泥沟佛教寺

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Paul 28/04/2014 18:23

Toujours aussi passionnant ton blog. Tu nous donnes envie de revenir ... ?

Jean-Paul Schiffmann 30/04/2014 12:21

Mais vous êtes les bienvenus !